AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Qui es-tu ? [Feat Presea Lowell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Niveau : D
Messages : 121

Alignement: Impérial Loyal Neutre


Impérial Loyal Neutre
Neer Linter
MessageSujet: Qui es-tu ? [Feat Presea Lowell]   Mer 8 Juin - 13:59

Mon départ pour Lighthalzen s’était relativement bien passé. Comme à mon habitude, et sans surprise, le climat ici était bien plus chaud et accueillant que celui de Praag. La cité était paisible, chaleureuse et bruyante. Un contraste bien différent ce que j’avais connu auparavant. Mais la vérité, c’était que cela me laissait plutôt de marbre. J’étais ici pour une mission, et je devais l’accomplir en me détournant de tout artifice de distraction possible. Ces dernières étaient faites pour le peuple, et non pas pour moi, un enfant né dans l’ombre du destin.

C’était un devoir, et un honneur, que de servir l’Empire en tant que tel. C’était ce que l’on m’avait dit dans ma petite enfance, et répété tout au long de ma vie. Et mes supérieurs avaient raison, j’en étais aujourd’hui convaincu, plus que jamais auparavant. Si l’Empire allait mal, c’était à nous de le remettre dans le droit chemin. Le prix à payer pour conserver l’innocence des habitants était lourd, mais la récompense d’un monde en paix en valait finalement le coup.

Quelques jours à peine après mon arrivée, on m’envoya en reconnaissance dans la forêt sainte de Netzach. Cela devait être une mission plutôt simple, sans histoire. Je n’avais pour ordre, en tant que nouveau Chevalier Saint de l’Empire, que d’effectuer une enquête préalable. Et pour l’occasion, l’on m’avait prêté un Chocobo de guerre. Sans un mot, j’avais pris la créature avec moi avant de partir en direction de cette fameuse Forêt.

Les croyances urbaines racontaient que des créatures “légendaires” vivaient dans cette forêt. Personnellement, j’étais plus à même de croire qu’il s’agissait de simples rumeurs qui puisent leurs sources dans différents ivrognes trop alcoolisé pour pouvoir observer clairement leur reflet dans une glace, aussi propre soit-elle. Les créatures des légendes n’étaient que des fables pour enfant, aujourd’hui disparue. Point à la ligne, paragraphe suivant.

M’enfonçant toujours plus loin dans les paysages luxuriants de la Forêt Sainte, j’approchais d’un groupe d’hommes autour de ce qui me semblait être un corps inanimé. Avait-il eu ici un accident ? Je l’ignorai. À une quinzaine de mètres d’eux, je descendais de mon Chocobo en lui ordonnant de ne pas partir loin, avant de jauger une nouvelle fois la situation. Mais c’est en voyant un Homme commençant à abuser du corps de la femme inanimé que j’usais de deux Shunpo pour me mettre derrière l’homme.

    « Écarte-toi d’elle, si tu tiens à ta misérable vie. »


Mon regard bleu azur était d’un froid de glace, semblable au ton de ma voix. Ce n’était que des malfrats de faible catégorie, il n’y avait là rien à craindre. Reculant d’un Shunpo, je me plaçais à environs huit mètre tandis que les trois hommes se retournèrent vers moi.

    « Oh ! Mais regarder qui voilà ! Un petit sauveur Impérial ! Mais c’est que t’es plutôt mignon toi ! Tu te vendrais à bon prix au marché noir ! »


Mon visage resta statique à ces insultes, tandis qu’il s’avançait. Posant une main sur la poignée de mon Katana, j’annonçais d’une voix toute aussi froide.

    « Au nom du Saint-Empire et de son Altesse, l’Empereur-Dieu Heïm, je vous arrête pour vos crimes. Rendez-vous, et vous aurez la vie sauve. »


Ils explosèrent de rire. Usant d’un autre Shunpô, je passais derrière lui. Petit à petit, ce rire se transforma en un hurlement d’effroi. La lame à la main, l’homme qui, il y a peu, riait, s’écroulait maintenant sur le sol, se noyant dans son propre sang.

    « Que le châtiment d’Heïm s’abatte sur vous, misérables. »


À peine avait-il eu le temps de se retourner que ma lame dessina un croissant de lune, semblable à un croc. Probablement un peu trop alcoolisé, leurs mouvements ne furent pas suffisamment rapides pour esquiver ou contrer. Posant leurs mains sur leurs gorges, ils s’effondrèrent sur le sol, à l’instar de leur compère. Ma cape blanche était désormais rouge de sang, tandis que je me retournais vers la jeune femme. Qui était désormais bien éveillée.

    « Est-ce qu’ils t’ont fait du mal ? »


Mon visage était inexpressif, malgré des yeux la fixant intensément. Je posais mon regard sur son tatouage glacé et mystérieux sur ton bras.

    « Ceux sont eux qui t’ont fait ça ? »


Mon regard se déplaça ensuite dans ses pupilles.

    « Quel est ton nom ? »


Participants:
 



    « Le marteau de la mort est celui qui forge mon Destin. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Niveau : D
Messages : 124

Alignement: Impérial Indécis


Impérial Indécis
Presea Lowell
MessageSujet: Re: Qui es-tu ? [Feat Presea Lowell]   Ven 10 Juin - 6:12

-Hey Roger. Tu crois qu'elle est morte?
-Mmh.. Je sais pas. Allons vérifier!

Le petit groupe d'homme s'approcha du corps inanimé d'une jeune femme à chevelure verte, intrigué de savoir son état actuel. Si elle n'était qu'inconsciente, les bandits se disaient qu'ils pouvaient la revendre au marché noire. Il fallait dire que la victime était assez intéressante à regarder. Elle pourrait amplement leurs apporter beaucoup de gils.

Imaginant le profit qu'ils pouvaient avoir, les vilains monsieurs inspectèrent le corps de la demoiselle. Un donne un coup de pied pour voir si elle réagissait, mais la réponse fut vaine. L'autre plaça ses doigts dans le cou de celle-ci pour voir son pouls qui était absent et le dernier explora le bras gauche du ''cadavre'' et vit une étrange marque. Bizarre, était-ce sceau qui avait mis la femme dans cet état? Sa peau était chaude et douce au touché. Pourtant, son pouls était absent et semblait morte. Mmmh.. tout ceci était, en effet, très étrange.

-Yo Roger! Je crois qu'elle est morte. C'est quand même bizarre que son corps soit toujours aussi chaud alors qu'elle ne respire plus.
-Ça nous donne une bonne raison de profiter du moment. Au moins, on ne sera pas condamné pour nécrophilie. Huhu~ ♥

Un rire malsain passa entre les lèvres de Roger, alors qu'il glissa lentement son doigt sur le visage de la victime. Son doigt descendit dans le cou de celle-ci, puis, il glissa lentement sa main sous le tissu pour toucher la douce poitrine du ''cadavre''. Il était envieux, il avait un regard chaud et la bave coulait légèrement sur le bord de sa bouche. Il s'imaginait pleins d'actes les plus perverses qui soient. Il avait hâte de profiter ce moment intime avec la demoiselle qui avait quitté ce monde. Malheureusement pour lui, une voix masculine lui demanda de s'éloigner de la pauvre femme. Roger, mécontent, abandonna le corps de la demoiselle et alla s'occuper du ''sauveur'' avec ses acolytes.

__________________________________

Je me réveillai en sursaut, les yeux grands ouverts et cherchant ma respiration. Je regardai tout autour de moi, me questionnant sur la raison de ma présence en ces lieux et je remarquai un cristal à côté de moi. Je clignai maintes fois mes yeux hétéroclites, intriguée par ce minéral, puis, toujours dans la curiosité, j'approchai ma main vers le joyau. Il répondit immédiatement à mon énergie, ce qui me surprenait grandement. Je le pris aussitôt entre mes mains pour coller le cristal contre ma poitrine qui l'absorba aussitôt. Je vis quelques images de mes souvenirs avant de revenir à moi. Je ne comprenais point ce qu'il se passait et pourquoi ça se passait? Qu'avais-je fait pour mériter de perdre mes souvenirs. Cependant, ce n'était aucunement l'heure de se poser autant de questions, vu les hurlements d'agonie qu'on pouvait entendre derrière moi.

Soupirant longuement, je me redressai difficilement, puis, je me mis sur l'offensive, prête à attaquer. Je sentis mon corps très lourd et engourdi, ce qui faisait légèrement trembler mes jambes qui essayaient tant bien que mal de me tenir debout. J'observai l'homme qui était debout devant moi. Malgré mon angoisse, je pris quelques secondes avant de comprendre qu'il avait battu un groupe de malfrat. Me voyant debout, le sauveur me demanda si le groupe d'homme m'avait fait du mal. Son visage était inexpressif, tandis que je laissai une mine confuse sur mon délicat visage. Je... je n'avais pas la moindre idée s'ils m'avaient fait du mal ou non. Je n'ais plus aucun souvenir, mise à part des partiels de mémoires, de mon passé. J'avais aucun indice sur ma véritable identité et cette marque sur mon bras gauche ne m'aidait guère à comprendre ce qu'il se passait.

D'ailleurs, en parlant de ce mystérieux ''tatouage'', le soldat posa son regard saphir sur ma marque que je cachais aussitôt avec mon autre main, mal à l'aise. Il me demanda si c'était ces hommes qui m'avaient fait cela. Baissant mon regard vers la marqua cachée par ma main, je gardai une mine pensive sur mon visage, avant de recroiser le regard du blondinet et de faire ''non'' de la tête. Oui, j'étais perdue et confuse, mais je savais qu'ils n'étaient point les responsables de mon état. Malheureusement, le véritable coupable de ma malédiction restait inconnu à mes yeux, vu que je n'avais plus aucun souvenir de qui j'étais...

Finalement, le blondinet croisa, à nouveau, mon regard hétéroclite et demanda mon identité.

-..Presea.. Lowell. dis-je d'une voix confuse.

Mon regard observa les alentours, avant de recroiser les pupilles azurs du gentleman.

-Où.. où sommes-nous? Quel est cet endroit? *temps* J'ai.. j'ai l'impression que je dois le connaître, pourtant, je m'en souviens pas.

Suite à mes dires, j'essayai de m'approcher de lui. Je voulais le remercier pour son geste. Cependant, dès mon premier pas, je m'écroulai au sol. Je me tenais à genou, avec l'aide de mon bras droit, alors que je tenais mon crâne de ma main gauche. J'avais un méchant mal de crâne et une grande faiblesse dans mon corps. Cela m'énervait de sentir que j'étais faible, mais je n'avais guère le choix d'accepter l'aide qu'on pouvait m'offrir. Il fallait que je prenne des forces en me nourrissant et en me reposant. Donc, prenant mon courage à deux mains, je levai ma tête pour fixer, à nouveau, le soldat.

-Puis-je vous demander votre aide? Je ne peux me déplacer seule.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Niveau : D
Messages : 121

Alignement: Impérial Loyal Neutre


Impérial Loyal Neutre
Neer Linter
MessageSujet: Re: Qui es-tu ? [Feat Presea Lowell]   Jeu 16 Juin - 2:37

Fixant les yeux de la jeune femme, elle me fit un non de la tête. J’examinais rapidement son corps d’un œil froid afin de m’assurer de la véracité de ses dires. Plus par procédure que par inquiétude, étant totalement incapable de ressentir une sensation pareille. Puis, elle se présenta à ma demande : Presea Lowell.

M’avançant vers elle, elle observa les environs avant de me demander où nous étions. Il était étrange de venir en ses lieux sans savoir où l’on était. Mais apparemment, elle n’en avait plus vraiment le souvenir. Une amnésie ? Avait-elle pris un coup sur la tête ? C’était une possibilité. Probablement la vérité d’ailleurs, mais mieux fallait-il émettre des réserves sur quelque chose d’aussi impulsif que l’instinct.

Ma théorie trouva encore plus d’appuis lorsqu’elle essaya de se lever, mais qu’elle échoua avant de se tenir la tête. Elle semblait souffrir, et ne pas être en état de se lever. L’observant d’un regard attentif, elle me demanda de l’aide. Je m’avançais avant de siffler pour rappeler mon Chocobo, qui revint vers moi sans faire d’histoires. La belle créature aux plumes noires était dans une armure d’or flamboyante, arborant fièrement les écussons impériaux.

M’abaissant au niveau de la femme, je la faisais monter sur le Chocobo. Avant de monter à mon tour et de veiller à ce qu’elle soit installée de façon à ne pas tomber. Le contact chaud avec la créature lui ferait le plus grand bien. Puis, je reprenais les rennes avant de me rediriger vers la capitale de Lighthalzen.

    « Nous sommes dans la Forêt Sainte de Netzach se situant sur les terres de Lübeck, un territoire extrêmement dangereux. L’Empire étant mis à mal depuis la disparition de notre Empereur-Dieu, certains pays sont extrêmement instables depuis. Au vu de ton mal de crâne et de ton amnésie, ces hommes ont dû t’assommer avant de vouloir abuser de toi. Ils n’abuseront plus personne maintenant qu’ils sont morts. »


Je prenais une pause. Je n’étais pas fier, et ne tirais aucune satisfaction des vies que je prenais. Ma seule gloire était celle de servir l’Empire, rien de plus. Tuer était nécessaire pour s’assurer d’écarter définitivement tous dangers directs pouvant provenir d’elle. La gestion des dommages collatéraux n’était pas mon affaire.

    « Je t’emmène en lieu sûr. Niria n’est pas très loin, et nous rentrerons ensuite à Lighthalzen. C’est la capitale Impériale. J’expliquerai ta situation à mes supérieurs, et ils s’occuperont de toi. »


Ma voix était froide, mais pas hostile. Rien ne se dégageait de mon regard, ni de mon timbre de voix. Si l’on ne me voyait pas, l’on pourrait croire que j’étais la mort en personne. Au fond, ce n’était pas faux. Mes sorties dehors étaient souvent suivis par l’acte d’ôter la vie.

    « Repose-toi. Tu as besoin de repos pour récupérer. »


Quelques heures plus tard, je décidais de m’arrêter avant d’installer un campement. Après avoir allumé un feu, je sortais les quelques rations qui me restaient. Je n’avais pas de quoi nourrir deux personnes jusqu’à la capitale. Mieux fallait-il se serrer la ceinture. Surtout que je n’étais pas le seul à devoir me nourrir. La fin du voyage allait être rude.

Déposant Presea sur une couverture proche du feu. Récupérant de l’eau proche de la rivière, je faisais chauffer le tout afin de préparer une soupe de pâte avec quelques légumes et morceaux de viandes. Rien de bien grandiose, mais suffisamment nourrissant pour récupérer d’un traumatisme. Cette femme était désormais sous ma responsabilité, et c’était mon devoir de m’assurer qu’elle arrive, saine et sauve, jusqu’à la capitale.

Pour m’a part, j’allais me nourrir de biscuit militaire. Ces rations n’avaient pas bon goûts, mais elles étaient populaires pour être suffisamment nourrissantes, et très facilement transportables. Sortant deux écuelles, j’en déposais une devant Presea avant de sortir l’autre et d’offrir son repas au Chocobo. Et alors que je caressais l’animal, je vis Presea se relever. Gardant toujours mon ton neutre, je lui recommandais :

    « Sers-toi et manges. Tu as besoin de reprendre des forces. »


Avant de me rasseoir près du feu, et de croquer dans mon premier biscuit militaire.



    « Le marteau de la mort est celui qui forge mon Destin. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Niveau : D
Messages : 124

Alignement: Impérial Indécis


Impérial Indécis
Presea Lowell
MessageSujet: Re: Qui es-tu ? [Feat Presea Lowell]   Lun 4 Juil - 20:46

Voyant que je ne pouvais me déplacer par moi-même, le soldat avança vers et siffla un bon coup. Quelques secondes d'attente avant de voir un oiseau, mais il ne semblait point avoir la faculté de voler, comme tous les autres espèces volatiles. Malgré tout, son oiseau attirait le regard de son plumage noir scintillant et sa belle armure dorée. Je me levais ensuite, avec l'aide du gentleman, puis, il m'aida à m'installer sur la grande créature. Je m'accrochais aux plumages de celui-ci et accota ma tête par la suite, profitant de la chaleur que le magnifique ''monstre'' transmettait. Le jeune blond vint sur la grande autruche à son tour et commença à prendre la route. Certaines pouvaient penser que c'était dangereux de partir avec un inconnu, cependant, avec cette faiblesse, ce corps lourd et cette perte de mémoire, je n'étais point en état de répliquer et de m'opposer à son aide. De plus, j'avais l'impression que, malgré cette froideur dans sa voix, il était vraiment là pour m'aider et non le contraire.

Pendant la route, il m'expliqua que nous étions dans la forêt Sainte de Netzach, situé sur le terre du pays de Lübeck. Mmh.. Lü-beck? Ce nom évoqua quelque chose, mais c'était impossible pour moi de m'en souvenir. Ce mal de crâne empirait à chaque fois que j'essayais de piocher dans mes souvenirs. M'avait-on maudit pour détruire mes souvenirs ou du moindres, les a scellés? Si oui, pourquoi faire une chose pareille? Est-ce que je le méritais? Était-ce relié à la marque étrange sur mon bras? Trop de questions sans réponse. De plus, chercher le ''pourquoi'' du ''comment'' me donner encore plus mal à la tête. C'était un cercle vicieux. Une malédiction qu'on m'avait infligé.

D'après les rumeurs, le pays où nous étions n'étaient aucunement sécuritaire et ce, depuis la disparition d'Heïm. Il ajouta aussi que mon mal de mon amnésie était sûrement dû aux groupes d'homme que le soldat avait abattu. Pour ma part, je savais que ce n'était guère leurs fautes si je n'avais plus aucun souvenir. Non, c'était quelque chose de.. magique. Comme une barrière que empêchait des lourds secrets de revenir. Savais-je quelque chose en particulier qu'il pouvait changer la destinée de quelqu'un ou même, du monde? Mh. Encore une autre question qui ne risque aucunement d'être résolue.

Le gentleman voulait m'emmener dans un lieu sûr. Il avait pris la responsabilité de s'occuper de moi jusqu'à Lightalzen, la capitale de l'Empire. Malgré sa voix qui ne dégageait aucune émotion, je ne pus nier que son geste était d'un altruiste exceptionnel. Ce n'est guère n'importe qui qui aurait accepté d'aider une inconnue de cette façon. Je voulais même le remercier pour cette gentillesse, mais, malheureusement, il était dur pour moi de rester éveiller. Mon corps et, surtout, mon âme étaient épuisés. Comme disait si bien le jeune blond, j'avais besoin de repos. Donc, en un claquement de doigt, je me laissais transporter dans les bras de Morphée.

Je me réveillai aussitôt. Le sommeil ne voulait guère coopérer, on dirait. J'ouvrais tranquillement mes yeux hétéroclites, puis, je me redressais subitement, les sourcils froncés. Je n'étais plus sur le Chocobo et l'homme qui s'occupait de moi n'était plus à mes côtés. Intriguée par sa disparition, je me levai et partis à sa recherche. Il n'a pas pus m'abandonner comme ça, en plein milieu de nulle part. Impossible! Ça serait.. inhumain de faire un truc pareil. Non, il était peut-être parti chercher du bois ou de la nourriture. Il fallait que je le trouve pour avoir le coeur net. Je marchai dans cette forêt vide de vie. Aucun son, aucune odeur particulière. Rien. Tout semblait mort ou absent. Cette atmosphère était très étrange et me donnait aussitôt la chair de poule. Donc, mal à l'aise, je commençais à presser le pas, tout en restant sur mes gardes. Sait-on jamais. J'avais vraiment hâte de retrouver le soldat aux pupilles azur.

Après quelques minutes de recherches, je le retrouvais enfin devant cette étrange arbre noir et qui semblait mort aussi. Bon, je voyais seulement sa cape blanche légèrement tâchée d'une lueur rouge. Soulagée, je lançai un «Hey!» assez fort avant de me rapprocher.

Soudainement, je m'arrêtai net dans ma démarche Je restai figer d'effroi, fixant la.. chose devant moi. J'étais effrayée de voir cette silhouette qui ressemblait énormément à une femme, mais une couche cristallisée déformait quelques parties de son corps et son visage. Ses yeux, quant à eux, étaient tous noirs et opaques, tandis que des larmes de la même couleur que ses yeux coulèrent le long de son visage. Je n'eus le temps de cligner mes yeux que cette femme fut aussitôt devant moi, le sourire aux lèvres, puis, elle m'élança avant de ''fondre'' sur ma peau. Je sentis subitement mon corps se faire électrocuter de l'intérieur. Mes yeux s'écarquillèrent grandement, tandis que mon corps tremblait sous cette sensation. C'était horrible comme douleur. Je me retenais même de crier d'agonie  en serrant fortement mes dents ensembles. Ma marque, elle, se rajouta à la partie. Elle se mit à me chauffer, comme si elle voulait prendre contrôle sur moi. J'essayai bien de bouger pour me défendre ou même m'enfuir de ce lieux, mais il n'y avait rien à faire. Cette créature m'avait condamnée. Je devais souffrir à jamais.

Des voix résonnèrent ensuite dans ma tête. J'entendais des mots comme ''Monstre!'' ou encore ''Assassin!'' dans mon crâne. Certains disaient qu'on devait me détruire et d'autres demandaient qu'on me maudissent à jamais pour regretter mon existence sur Ashnora. Difficilement, je collai mes mains tremblantes sur mes oreilles. Je voulais qu'ils se taisent ou qu'ils me laissent tranquille, mais en vain. Les voix étaient décidées à hanter mon cerveau. Était-ce une punition par mes actes?

-Freeze

J'ouvris subitement mes yeux de couleur différent pour remarquer que tout stoppa. Les voix, l'espace, la marque, la douleur.. tout s'était arrêté. Tout était gelé sur place. Qui..? Qui avait fait ça? Qui m'avait.. sauvé? Alors que je me retournais, je vis, à ma gauche, cette jeune femme à chevelure blanche. Cette femme qui m'était familière. À sa vue, je sentis mon coeur se serré, comme si j'étais triste. Je l'observai et je remarquai que sa marque brillait avant que celle-ci me donne un coup de pied vers l'arrière. Le décor se brisa sous ma chute, laissa paraître une lueur blanche. Je la traversais et, essayant de rattraper cette demoiselle, je la vis peu à peu se transformer...


Je me réveillai en sursaut, la sueur dégoulinait légèrement sur mon visage. Mes yeux furent ronds, tel une balle, alors que j'essayai de rattraper mon souffle Ce n'était.. qu'un cauchemar? Pourtant, la douleur semblait si réelle. Soupirant longuement, je glissais ma main, légèrement tremblante, sur mon visage. La stupeur me frappa de plein fouet quand je sentis des larmes coulées sur mes joues. Mais je.. je pleurais? Pourquoi? Pourquoi je pleure? Je ne comprenais aucunement cette réaction soudaine de ma part. Néanmoins, pour pas que le soldat remarque, j'essayai rapidement de sécher mes larmes avec mon bras. D'ailleurs, en parlant du soldat, celui-ci remarqua que je ne dormais plus et me demanda de me servir. Hochant la tête, je prenais le bol devant moi, avant de m'approcher de la marmite. Je pouvais voir cette soupe composée de viandes et de légumes. Ensuite, je dirigeais mon regard vers l'oiseau qui avait l'air de se régaler. Malgré sa nature calme, il avait l'air heureux de goûter à ce repas. Ceci m'arracha un petit sourire qui fut aussitôt effacer quand mes yeux se posèrent sur le gentleman. Je le voyais manger ce biscuit qui avait l'air aucunement appétissant et extrêmement chimique.

Sur la vue, je soupirais doucement, baissant mon regard vers mon bol et la marmite.Je versais la soupe avec l'aide d'une louche. Le bol à moitié remplit, je me rapprochais du jeune homme et je me mis à genou devant lui, en lui déposant le bol de soupe devant lui.

-Tenez. Prenez-en aussi! Ne vous privés pas pour moi. De toute façon, je n'ai pas une grosse appétit. Vous devriez conserver votre biscuit pour plus tard, vu que, d'après ce que je vois, j'estime que vous aurez guère suffisant pendant la route, n'est-ce pas? dis-je, d'un petit sourire sur le coin de mes lèvres

Je rapprochai le bol vers lui avant de me lever.

-Je tenais à vous remercier de votre aide mon cher... Euh.. quel est votre nom monsieur?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Niveau : D
Messages : 121

Alignement: Impérial Loyal Neutre


Impérial Loyal Neutre
Neer Linter
MessageSujet: Re: Qui es-tu ? [Feat Presea Lowell]   Jeu 21 Juil - 19:32

La situation était complexe d’un point de vue logistique. Une bonne gestion du rationnement devait être une priorité, mais nous ne pouvions sacrifier l’efficacité de notre chocobo. En contre-partie, si je ne mangeais pas à ma faim, notre puissance militaire serait réduite et le danger bien présent en cas d’attaque. La troisième possibilité résidait de faire des économies sur le dos de la dernière bouche à nourrir, mais c’était impensable de ne pas offrir le confort nécessaire à une convalescente.

Plongé dans mes pensées, la jeune femme m’extirpa de ma méditation en me tendant un bol de soupe à moitié remplis. Conserver mon biscuit pour plus tard ? C’était une possibilité. Si elle acceptait de sacrifier son repas de son propre chef, je n’avais aucun droit de remettre sa décision en cause. Quand bien même elle était amnésique, elle avait raison sur un point, nous n’avions pas suffisamment de nourriture pour tenir jusqu’à la capitale.

    « C’est exact, je n’avais pas prévu une troisième bouche à nourrir et ma mission a prit plus de temps que prévue. »


Je récupérai le bol de soupe avant de me nourrir, en gardant le silence comme à mon habitude. Je n’étais pas d’un naturel bavard, je préférais largement la compagnie de mes pensées que celle des autres. Car la plupart du temps, ma mission consistait à assassiner leurs semblables. Il était donc difficile pour moi d’imaginer une possible relation. Jusqu’à aujourd’hui, avec ma nouvelle identité, tout du moins.

    « Neer. Mon nom est Neer Linter. »


C’était un mensonge, sans vraiment l’être. Ma seule et véritable appellation était N. Une lettre de l’alphabet. Un assassin parmi les 25 autres. Buvant en silence la fin de ma soupe, je reprenais.

    « Inutile de me remercier, je ne fais que mon devoir de Chevalier. Vous devriez prendre de la soupe, vous aussi. Vous avez besoin de récupérer. »


Je récupérais ensuite mon épée, ainsi qu’une pierre pour entretenir la lame, présente dans mon équipement. M’asseyant de nouveau, et aiguisant la lame grâce à la pierre, je continuais.

    « Vous souvenez-vous de quelque chose ? Ou avez-vous un désir particulier, une demande, une fois que nous serons à Lighthalzen ? »


Le chocobo mangeait tranquillement, le climat était doux, le ciel étoilé... Cela allait être une nuit douce.



    « Le marteau de la mort est celui qui forge mon Destin. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alignement:


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Qui es-tu ? [Feat Presea Lowell]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui es-tu ? [Feat Presea Lowell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « you spin my head right round when you go down » feat. Jordane
» Passi - Reviens dans ma Vie (Feat. Jacob Desvarieux et Lorenzo Raphael)
» Jund aggro feat. Sygg
» /!\ RECENSEMENT /!\
» keep busy for the night ♦ FEAT AMANDA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy : The Warring Kingdoms :: Yllissia :: Lübeck :: Netzach, la Forêt Sainte-