AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dernière ligne droite [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Niveau : D
Messages : 45

Alignement: Anarchiste Chaotique Neutre


Anarchiste Chaotique Neutre
Chieri Maori
MessageSujet: Dernière ligne droite [Terminé]   Mar 28 Juin - 13:29



Dernière ligne droite
Chieri Maori
    L'été approche et avec lui, le jour de l'épreuve pour Chieri. Il ne lui reste en effet plus que deux semaines à attendre avant de tenter l'ascension la plus célèbre de Rajpur, non pas pour son intérêt quelqu'un soit, mais pour son impossibilité sans magie. Hors, c'est bien à sa seule force physique que la jeune anarchiste devra réussir cette  dure épreuve d'escalade si elle veut réussir son objectif. Elle le sait désormais, elle y arrivera, ou préférera mourir en essayant, ne souhaitant renoncer pour rien au monde.

    Voyant donc son anniversaire arriver, elle choisit de s'entraîner plus encore dans ces deux dernières semaines avant de s'octroyer deux jours de repos total pour être en pleine forme le moment venu et s 'y préparer au mieux, selon les conseils de Thalweg. Elle court donc deux fois plus de kilomètres par jour, se forçant à courir à une allure un peu plus rapide, augmente la difficulté de ses exercices d'escalade, choisissant des montagnes plus escarpées mais ralentissant pour diminuer le risque de blessure dans cette dernière ligne droite et de trouver le rythme qui lui permet d'aller le plus haut possible, ni trop lent, ni trop rapide.

    Elle augmente aussi les poids de ses artères ainsi que le nombre de pompes et d'ados fait chaque jour, allant jusqu'au bout de ses forces sans pour autant risque la blessure en s'arrêtant quand elle sent qu'elle dépasse trop ses limites. Elle fait attention à tout ses mouvements et choix pendant cette période, ne voulant pour rien au monde rater cette épreuve à cause d'une déchirure musculaire ou une entorse.

    Ses parents l'aident en la guidant, diminuant ses tâches à la maison, mais aussi en lui préparant des repas plus complets qu'à l'habitude, comprenant sa détermination totale et sans failles.

    Il ne reste plus que trois jours avant l'anniversaire de Chieri, la jeune femme a donc choisi d'arrêter son entraînement pour un repos complet avant son épreuve.

    Les deux premiers jours, elle choisit de se balader dans le village qu'elle n'a pour l'instant pas réellement visité, se contentant simplement de participer à la création de la maison avec ses parents et les quelques habitants qui les ont aidé. À leur arrivée, ils étaient esseulés de leur voyage dur, ayant dû se cacher un moment dans les montagnes du sud avant d'avoir pu remonter vers le nord, à l'abris de Parmera, dans un voyage harassant.

       Ils avaient alors été accueilli chaleureusement par des villageois ne possédant pas grand chose autre que leur bonne volonté et la force de leurs bras. Ces derniers avaient tout d'abord réparti les familles dans les maisons des locaux qui acceptaient d'accueillir du monde, les deux auberges de la ville et la salle des fêtes, qui pouvait à elle seule accueillir un tier des arrivants le temps des constructions. Chieri et ses parents faisaient parti de ces derniers, et c'est pourquoi leur maison avait été l'une des premières à être construite. Ils avaient demandé à s'installer proche de la montagne sacrée et vers l'extérieur de la bourgade, préférant le calme et l'accessibilité aux montagnes, mais aussi pour ne pas déranger trop les autres habitants avec les entraînements du père et de la jeune fille.

       Dès le premier matin de la construction, Chieri, Thalweg et les hommes les aidant pour la construction étaient allés dans la forêt pour couper les arbres nécessaires, utilisant seulement une catégorie de conifères particulier, qui résiste mieux avec le temps. Ils avaient ensuite ramené les troncs après avoir enlevé toutes les branches, les gardant pour construire des paniers ou des meubles légers, ou simplement pour le feu, bien que le bois qu'ils utilisent plus généralement pour ce dernier usage soit du chêne, plus agréable pour un feu d'intérieur.

       Une fois les troncs sur place en quantité suffisante, c'est-à-dire le soir du deuxième jour, ils avaient commencé à monter la maison, ce qui se fit très rapidement, empilant les rondins sur le terrain déjà préparé par les femmes qui étaient restées sur place pendant ces deux jours. Elles avaient ensuite commencé le mobilier primaire léger avec les branches ramenées de la forêt, le mobilier plus lourd comme les tables, les chaises et les armoires étant fait par la scierie en échange de services qu'ils préciseront une fois toutes les familles installées.

       Lorsque la structure de la maison avait été achevée, Chieri avait reprit ses entraînements comme à son habitude. La jeune anarchiste sort de sa rêverie, passant entre les bâtisses dans les allées enneigées. Elle rencontre deux enfants de ses voisins, des habitants d'un village du sud-est de Rajpur qui s'étaient eux aussi établis à Bareilly après la disparition de l'Île Sacrée. Le jeune garçon et sa petite soeur étaient en train de faire un bonhomme de neige avec des cailloux et un morceau de drap usé par le temps et l'humidité. La nouvelle adulte les regarde, se demandant si elle compte elle aussi avoir de enfants comme ceux-là, âgés d'une dizaine d'années, si lorsqu'elle aura réussi son pari, elle aura ce genre d'aspirations ou si elle demeurera libre.

      À cette pensée, elle secoue la tête et reprend sa marche dans la poudreuse blanche, regardant autour d'elle. Cette partie de la petite commune est presque entièrement faite de nouvelles habitations, à l'exception de la plus petite des maisons du village qui est habitée par un vieil homme peu chaleureux, qui ne fait que maugréer tous les jours en entendant les enfants crier. Personne ne semble se soucier cependant de ses sempiternels grommellements, mais Chieri se demande alors si cet homme a toujours été ainsi. Elle est prise d'une soudaine envie d'aller le voir et lui parler, puis abandonne cette idée aussi vite qu'elle est venue, continuant son chemin dans la neige.

      La jeune femme rencontre un couple qui s'embrasse, partiellement cachés de la vue des passants par quelques arbres, puis elle se redirige vers le centre de la bourgade. Les plus âgés du village sont là, devant le vieux temple qui commence déjà à se recouvrir de mousses jaûnatre. Ils semblent d'humeur légère, souriants, certains même riant. Ils sont installés soit sur les marches, soit debout dans la place, soit sur les quelques bans qui viennent s'accouder au bâtiment et à l'autre édifice qui longe la place, une petite construction servant de lieu administratif et de gestion.

       Un paquet de neige tombe à côté de l'ambicieuse fille, dévoilant une partie d'un toit de l'une des maisons les plus anciennes du bourg, qui sont recouvertes d'ardoises légèrement bleutées. Elle reprend alors sa route, allant cette fois au pied de la montagne, là d'où elle partira dans trois jours.

       Une fois au pied de la montagne, la jeune fille aux cheveux noirs relève la tête,  vers la cime du Toit du Monde. Le ciel, brumeux, ne lui laisse voir que la moitié du mont gigantesque. Elle ne distingue pas même le haut des autres montagnes environnantes, pourtant bien plus humbles que leur consoeur immense.

       Elle regarde les premières prises, impatiente à l'idée de commencer son ascension mais sachant qu'elle n'est pas encore tout à fait prête, elle prend une grande inspiration puis s'approche de la montagne, la contournant en caressant la falaise rocheuse et la glace qui la couvre partiellement.

       Elle longe ainsi le chemin entre le pied de la montagne et le village, se dirigeant vers la forêt plus à l'ouest, là où passe la rivière qui alimente Bareilly en eau potable, la source étant plus au nord, dans la chaîne alpine. Elle va jusqu'à la forêt, où elle croise quelques hommes en train de couper des arbres pour achever les dernières maisons des arrivants. Ils la saluent d'un signe, l'un d'eux s'arrêtant même pour la regarder passer en souriant. Il est assez jeune, et Chieri le détaille d'un coup d'oeil rapide. Grand, blond, souriant, l'air assez banal au final, et des yeux verts. Il porte une tenue simple de travail, chaude et solide. En comparaison, la jeune fille qui porte sa tenue préférée semble presque nue dans ce froid qui demeure présent malgré l'été qui arrive. Elle continue sa route, sans plus lui prêter attention, tandis que lui ne reprend son travail qu'après l'avoir vu disparaître entre les arbres.

       La jeune femme arrive ainsi à la rivière, puis enlève ses chaussures, les prenant à la main pour marcher dans l'eau qui lui paraît étrangement chaude par rapport à l'air ambiant. Elle remonte ainsi un moment la rivière jusqu'à l'orée de la forêt, qui laisse place à une plaine artificielle, un simple endroit où les arbres ont été tous coupés. Elle s'installe un moment au bord de l'eau, sortant du lit de la rivière, et s'assoit, jambes allongées, pour regarder la montagne.

       Chieri reste ainsi un long moment, jusqu'à voir le Soleil se cacher derrière les nuages, admirant le ciel qui se pare de nuances de bleu, violet, rose, rouge, orange et jaune, le tout accompagné d'un vent frais qui fait frémir l'herbe et les feuilles des arbres dans une douce mélodie. La demoiselle en tenue légère rentre alors chez ses parents, profiter du souper qui l'attend dans leur nouvelle chaumière.

       Le lendemain est une journée bien similaire, où la douce Chieri se promène parmi les rues du village montagnard, allant cette fois plutôt du côté ouest, cherchant de nouvelles têtes. Elle voit notamment un jeune homme, à l'allure étrange, qui la regarde fixement pendant un moment, avant de s'apercevoir qu'elle l'a remarqué. Il rabat alors la capuche de son long manteau brun, pareil à un de ses manteaux que les brigands portent, puis bondit dans les fourets, disparaissant rapidement.

       Une seconde recontre retient aussi l'attention de la belle demoiselle. C'est une jeune fille d'environ 9 ans qui lui sourit avant de mouvoir ses lèvres sans qu'aucun son n'en sorte. La petite fille porte une tenue habituelle pour la région, probablement originaire du village, et a des yeux bruns aux reflets rougeâtres très étranges. La petite s'approche ensuite de Chieri et lui donne une boule de neige.

   "Tiens, pour te défendre contre les ombres, lui dit alors la mignonette."

   Chieri, perturbée, balbutie un remerciement, avant de voir la gamine repartir en courant entre les demeures, se retournant juste avant de s'enfiler dans une rue perpendiculaire pour faire un signe d'aurevoir à la jeune femme, qui se sent obliger de lui répondre, mettant un temps avant de comprendre ce qu'il s'est passée, demeurant immobile. Elle finit ensuite par reprendre sa route, et chasse de la main un peu plus tard un jeune d'une vingtaine d'années qui s'était approché pour tenter de la séduire.

   La future Ash retourne plus tard chez elle et mange, perdue dans ses pensées, essayant de trouver une explication aux agissements de la petiote, puis sort de table, toujours rêveuse, avant d'aller se coucher sans avoir réussi à trouver une raison qui lui semble logique, s'endormant sur cette idée que la jeune fille avait simplement eu une idée étrange pour s'amuser.


Code by Joy


Spoiler:
 




Dernière édition par Chieri Maori le Ven 1 Juil - 20:03, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Niveau : ???
Messages : 45

Alignement: Administration


Administration
Narrateur
MessageSujet: Re: Dernière ligne droite [Terminé]   Sam 2 Juil - 3:41

Les longues journées d'entrainement de la jeune femme allait enfin arriver à leur terme. Après un entrainement intensif dans le but de gravir le toit du monde, ainsi que tout les travaux d'installation, elle méritait bien quelques jours de repos avant de se lancer.

Quoi de mieux pour se détendre et se changer les idées qu'une bonne promenade à travers le village ? Le village de Bareilly étant encore sous la neige malgré l'arrivée imminente de l'été laissait voir ses plus beaux paysages. Il était même possible de faire des batailles de boules de neige. Cependant, certaines choses paraissaient louches. Un garçon qui épiait la la jeune femme, une fillette qui lui donnait de quoi se défendre... espérons que cela n'empêche pas trop l'aventurière de dormir.

Que peuvent bien être ces fameuses ombres ? Existent elles ? Vont-elle gêner Chieri dans son ascension ? Suite au prochain épisode...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Dernière ligne droite [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La dernière ligne droite de la v2
» [Refusé] Dernière ligne droite de Sleys
» Dernière ligne droite : 0,5 ou 0,54 ?
» derniere ligne droite pour le festival
» zig zag en roulant: pb pour tourner

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy : The Warring Kingdoms :: Korris :: Rajpur :: Village de Bareilly-