AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Briser le silence [Prologue]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Niveau : ???
Messages : 45

Alignement: Administration


Administration
Narrateur
MessageSujet: Briser le silence [Prologue]   Mar 28 Juin - 22:38

La nouvelle avait fait grand bruit dans tout Ashnora. Le fait que le Général Orda, Membre du Cénacle Divin et Régent de l’Empire Céleste en absence d’élu, fasse une déclaration publique depuis celle annonçant la disparition de Heïm constituait un moment critique dans la géopolitique mondiale. Car depuis la disparition de l’Empereur-Dieu, la fondation de la Fédération des Pays Indépendants d’Ashnora, regroupant différents Seigneurs de Pays, avait eu pour effet d’affaiblir l’Empire en ces temps de troubles. Mais le plus difficile était de savoir qui était l’ennemi. Si certains avaient dévoilé leurs identités, la plupart étaient encore dans l’ombre. Difficile alors de rassembler des troupes pour éradiquer les membres propageant et adoptant une idéologie telle que l’Indépendance.

De facto, ceux qui le pouvaient étaient scotchés aux différents écrans rediffusant l’annonce en direct partout dans le monde. Les autres utiliseraient des moyens plus traditionnels, comme la presse. Lorsque l’heure arriva, les écrans s’allumèrent et dévoilèrent le fameux Général Orda. Dans la trentaine, l’homme qui pouvait aujourd’hui se vanter d’être officiellement à la tête de la première puissance mondiale avait eu un parcours extrêmement rapide et efficace. Tout comme son attitude, qui traduisait d’une rigueur, ainsi que d’une attention particulière aux détails.


Le Général Orda

    « Mes chers compatriotes Impériaux. Nous traversons des temps sombres. La perte du dernier des élus, et la disparition de notre Empereur-Dieu nous a infligé à tous, une blessure profonde. Depuis plus de mille ans, ce Guide Spirituel nous a offert un présent précieux : la paix. Mais aujourd’hui, la peur, le doute et la méfiance poussent certains de nos compatriotes à remettre en cause ce système fonctionnant depuis maintenant un millier d’années.

    Ils pensent être dans le juste, en essayant de vous faire croire que notre fonctionnement, qui assura la paix pendant de nombreuses générations, vous dessert. Que le Cénacle Divin est illégitime, qu’il se sert impunément des richesses de l’Empire, non pas pour son peuple, mais pour son propre compte. Ces tissus de mensonges ne sont que le fruit d’une imagination, et de la peur qu’implique un avenir sans notre Empereur-Dieu.

    Mes très chers frères et sœurs Impériaux, l’heure n’est plus aujourd’hui au doute, à la méfiance, et à la peur. En réponse à la division que souhaite imposer la Fédération des Pays Indépendants d’Ashnora, nous prônons le maintien de notre unification. Pendant mille ans, nous avons maintenu la paix grâce à ce pouvoir centralisé. Pendant mille ans, nous avons assuré la sécurité et la prospérité de nos concitoyens, et nous continuerons à le faire aujourd’hui, et jusqu’à la fin des temps ! Afin de préserver le droit à la paix et l’ordre établis pour assurer la stabilité, nous allons mobiliser toutes les forces disponibles pour réduire à néant la menace terroriste que représente l’Indépendance.

    Ainsi, à partir d’aujourd’hui. Tous les actes soutenant directement ou indirectement la Fédération des Pays Indépendant ou le mouvement indépendantiste sera considéré comme une haute-trahison envers l’Empire. Les partisans de ces mouvements seront arrêtés, et jugés devant un tribunal. La sanction sera à la hauteur de leurs méfaits, et justice sera rendue.

    Toutefois, les enseignements de Heïm nous ont aussi appris à être miséricordieux. Ainsi, nous engagerons des actions diplomatiques envers la FPIA afin de trouver une alternative à la guerre. D'ici les prochaines semaines, un convoi diplomatique ira à la rencontre de la présidence de la Fédération, dans le but d’éviter les pertes humaines. J’en appelle à la raison de la présidence, afin de mettre fin à cette division nous entraînant irrémédiablement à un avenir sombre et sanglant.

    Gloire à Heïm, Gloire aux Elus, Gloire à l’Empire ! »


• • • • • • •


    « Madame la Présidente, qu’en pensez-vous ? »


Éteignant l’écran, et assis sur son siège président la table, en face de l’écran, la femme inspira longuement dans sa longue pipe avant de souffler un fin nuage de fumée. Ses yeux se déplacèrent ensuite sur la carte stratégique, présentant les différents royaumes d’Ashnora. Elle inspira longuement une seconde fois, avant de libérer son souffle dans l’air ambiant.


Atsumi Renko, Présidente de la FPIA

    « Le Général Orda doit craindre pour la suite des évènements pour tenir un discours pareil. Il parle de préserver la paix, mais lui et moi savons pertinemment que nous sommes déjà en guerre. »

    « Pourtant, les pertes humaines actuelles sont plutôt faibles. »

    « Mais elles ne sont, et ne seront, que croissantes. L’indépendance a un coût, et l’Empire souhaite nous faire payer le prix fort. C’est dans leur intérêt que d’allier habilement la guerre à l’indépendance. En essayant de nous rendre impopulaires, le Général souhaite nous voir perdre la confiance du peuple. »

    « Autrement dit... »


Un silence...

    « La faute reviendra à celui qui jettera la première pierre. »


Le mince équilibre maintenant un semblant de paix était désormais sur le point de se rompre.

Consignes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Niveau : D
Messages : 25

Alignement: Indépendantiste Chaotique Neutre


Indépendantiste Chaotique Neutre
Syarine Rhisnur
MessageSujet: Re: Briser le silence [Prologue]   Mer 29 Juin - 23:02

Bientôt. Il ne restait plus que quelques minutes avant que ce cher général Orda ne fasse son discours public. Syarine n'était actif dans ce système que depuis peu, mais il connaissait déjà, de nom tout du moins, les figures les plus emblématiques qui le composait. Cet homme, un membre du Cénacle Divin, mais aussi le Régent de l’Empire Céleste (provisoirement soi-disant), en faisait partie. Il n'en n'avait pas nécessairement une très bonne image, et ce qu'il allait voir et entendre aujourd'hui n'allait rien y arranger. Il était du genre à vouloir se faire un avis par lui-même, chose qu'il allait enfin pouvoir faire d'ici peu.
Puisqu'il abhorrait les foules trop compactes, et qu'il préférait regarder une telle propagande en toute intimité de toute façon, le garçon avait choisi de s'isoler pour écouter le message en question. N'ayant pas de véritable chez-soi, il avait décidé de s'introduire dans une maison, quelconque et facile d'accès. Son unique habitant avait, visiblement, décidé d'aller voir la même diffusion ailleurs. Probablement qu'il appréciait s'entourer d'amis pour ce genre d'évènement, lui. Ayant quelques talents pour le crochetage, il ne lui fut pas trop difficile de pénétrer par effraction dans cette bicoque, bien trop modeste pour résister à un crochet et des doigts suffisamment agiles.
Syarine observait les biens que possédait l'individu. Tout était simple ici, il n'y avait aucun signe de luxe, quel qu'il soit. Ce qui semblait plutôt logique et en accord avec l'aspect extérieur de l'habitation. Cependant, il y avait bien un petit écran, qui lui permettrait de suivre le discours en direct, dès qu'il serait diffusé. Alors que l'adolescent fouillait dans une commode miteuse, sans prêter attention à l'heure, je décidai d'intervenir.

"Ca va commencer, tu comptes regarder ?

- Oh ! Oui, bien sûr."

Je n'avais jamais su si Syarine était réellement tête en l'air à ses heures perdues, ou s'il faisait juste semblant. Lui qui pouvait être brillant parfois, cette facette de lui était surprenante. Toutefois, il y avait bien d'autres points étranges chez lui, alors pourquoi pas ?
Il reposa la belle pendule qu'il avait entre les mains, certainement le bien le plus "précieux" dans cette maison, délicatement sur le meuble où il l'avait prise, avant de se diriger vers l''écran afin de l'allumer. Il avait bien compris que l'homme était loin d'être riche, sûrement à joindre difficilement les deux bouts, il ne comptait pas le voler.
Le discours commença. Syarine s'installa confortablement sur le sol, en tailleur, à côté d'un fauteuil qui paraissait très agréable au toucher. Peut-être le "confortablement" était-il de trop en réalité... Une autre des étrangetés de ce jeune homme.
L'orateur commençait plutôt mal. Il s'adressait aux compatriotes Impériaux, auxquels l'adolescent ne se sentait pas rattaché. Il ne se trouva pas plus concerné non plus par la suite. Jamais l'Empire Céleste n'a été là pour lui. Sa famille et lui s’étaient toujours débrouillés seuls, et n'avaient pour ainsi dire jamais connu la paix. Celle dont parlait cet homme lui était étrangère, il n'y avait jamais goutté, réservée à une élite dont il ne faisait pas partie. Dès lors, la suite et fin du discours n'avait déjà plus aucun sens pour lui. Certains mots sonnaient même particulièrement faux, comme traiter les Indépendants de terroristes. Rien de tout ceci n'était vrai. Que cet individu y croit réellement, ou qu'il mente ouvertement et sans honte, cela n'y changeait pas grand chose. Le résultat restait le même : il trompait le peuple, il leur insufflait de fausses idées en tête pour les entraver dans son cocon illusoire. Exactement l'inverse des idéaux de Syarine en somme, qui était prêt à aider tous ceux qui ne partageraient pas cet avis non plus. Et pour y parvenir, face à un homme si déterminé et influent, tout devenait permis.

"Que vas-tu faire ?

- Comme d'habitude.

- Mais encore ?

- Me cacher. Agir dans l'ombre. Aider discrètement. Lutter furtivement. Convaincre secrètement. Me dissim...

- Ne ressens-tu toujours pas le besoin ni l'envie de t'entourer d'autres gens partageant ton opinion ? Penses-tu vraiment pouvoir rester seul éternellement en toute impunité ? Syarine ne s'offusquait jamais lorsque je l'interrompais de la sorte. Or, c'était presque indispensable dans ces conditions. Quand il commençait à partir dans ses réflexions, s'exprimant à un tel débit avec des phrases d'à peine quelques mots, on pouvait très vite le perdre.

- Oui. Je pense. J'espère. Tu es là.

- Dois-je te rappeler que je ne peux rien faire pour toi, hormis te parler ? Bien sûr que non, il le savait très bien. Et, dans le fond, j'étais persuadé qu'il hésitait à s'entourer d'amis, qu'il doutait de pouvoir tenir seul indéfiniment.

- Hm... Plus de gens connaîtront mon avis, plus on pourrait me dénoncer. Moins risqué d'être solitaire. Je ne répondis pas, mais il perçût mon scepticisme. Nous verrons. Je ne promets rien. Si nous rencon..."

Un bruit de clé dans une serrure se fit entendre. Mettant fin à notre conversation, Syarine s'éclipsa sans plus attendre, passant par la fenêtre qu’il laissa ouverte derrière lui. L'homme, qui était rentré bien plus tôt que prévu, saurait que quelqu'un s'était introduit chez lui. Mais, à ce moment là, le garçon serait alors déjà loin.



Rien n'est vrai, tout est permis:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Niveau : D
Messages : 58

Alignement: Impérial Neutre Bon


Impérial Neutre Bon
Yûji Endô
MessageSujet: Re: Briser le silence [Prologue]   Ven 1 Juil - 1:33

Acte 1 - Chapitre 1


-----------------------------------------------

Depuis plusieurs jours, l'académie de Lighthalzen était particulièrement agitée à l'idée qu'un membre du Cénacle Divin, en particulier le Régent de l'Empire Céleste le général Orda allait prendre la parole en public. Même les élèves habituellement les plus calmes se laissaient aller aux bavardages et aux hypothèses. Faire cours était devenu compliqué pour les enseignants qui avaient des difficultés à ramener le silence.

Quelques minutes avant le début de la diffusion, les élèves de l'établissement avaient été rassemblés dans une immense salle dans laquelle Yûji n'était jamais entré et remplis de plusieurs centaines de sièges, rangés face à un très très grand écran. Les écrans étaient quelque chose qu'il avait découvert ici à l'académie. Ils permettaient de retransmettre des images, que ce soit des images de synthèse, ou des images filmées à l'aide de caméras. Cette technologie l'impressionnait.

Yûji n'ayant entendu parler de ce général que très vaguement en cours d'histoire ne réalisait pas vraiment que l'homme qui allait prendre la parole était actuellement à la tête de la première puissance mondiale. A ses yeux, le Cénacle Divin était un peu l'équivalent impérial du conseil des sages de Sombreval.

Après quelques minutes assis à attendre le début de la diffusion, l'écran géant s'alluma, laissant apparaître la silhouette du général Orda, puis la salle se tut. Le silence était presque glaçant, mais fut vite remplacé par la voix du général. Son discours était prenant, prononcé avec une éloquence claire et stricte. Il abordait le sujet de la disparition de l'Empereur Heïm, puis critiqua longuement la Fédération des Pays Indépendants d'Ashnora.

Une fois le discours terminé, des applaudissements se firent entendre dans la pièce. Le garçon ne comprenait pas pourquoi puisque l'homme leur avait parlé avec un écran et n'était pas ici pour les entendre, mais il préféra faire de même pour ne pas se faire réprimander ensuite de ne pas avoir applaudit.

Il essaya de comprendre un peu ce qu'il venait d'entendre. Pour lui, cela sonnait comme une déclaration de guerre envers cette fameuse fédération. Le fait d'utiliser des termes comme "terroriste" lui paraissait clairement exagéré, mais il ne connaissait pas assez la géopolitique pour comprendre complètement les enjeux du problèmes. La seule chose qu'il était sûr d'avoir compris, c'est que c'était probablement une guerre qui commençait, et qui risquait de durer particulièrement longtemps, et qui allait probablement faire beaucoup de victimes

Il ne savait pas non plus où se placer si un jour il devait faire un choix. L'idée d'un empire, d'un monde unis sous une même bannière lui plaisait beaucoup, mais il comprenait aussi que les peuples veuillent pouvoir se gérer comme ils le voulaient. C'était un peu leur cas à Sombreval, les membres du Cénacle Divin étant les seuls à savoir pour le village de Oz et pour les lapins, le peuple dont Yûji est originaire avait une liberté totale sur cette île et ne subissait pas vraiment l'influence de l'Empire. Au contraire, l'appartenance de l'île à l'Empire avait peut-être même dissuadé certaines personnes de tenter de la conquérir, et avait protégé ce village.

Est-ce que l'éclatement d'une guerre entre l'Empire et la FPIA allait remettre en cause la sérénité de son île, il ne le savait pas. Mais une chose était sûre, il allait suivre de très près les événements, et s'il le fallait, il retournerait quelques jours aux côtés des sages de Sombreval afin de les prévenir des événements afin que ce peuple absolument pas préparé à une agression extérieure puisse essayer de se défendre si la présence des guerriers-lapins ne suffisait pas.

L'annonce du général Orda le conforta dans le choix qu'il avait fait de suivre la formation pour devenir soldat de l'Empire. Yûji n'était pas tant que ça attaché à cet Empire, mais la retransmission qu'il venait de voir lui permit de comprendre que les gens faibles allaient subir sans pouvoir faire grand chose. Il voulait devenir plus fort, et devenir capable de protéger son île de cette guerre. Sombreval appartenant depuis longtemps à l'Empire, et ce même Empire ayant laissé ce peuple en paix jusque là, il avait fait son choix, se ranger du côté de l'union, l'Impérialisme. Yûji n'était pas d'accord avec le général Orda,on devait probablement trouver pleins de gens bien du côté des indépendantistes, mais la voie du soldat, et la voie de l'Empire était probablement la meilleure pour protéger Oz.


évolution de Yûji:
 




Crédit:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Niveau : D
Messages : 121

Alignement: Impérial Loyal Neutre


Impérial Loyal Neutre
Neer Linter
MessageSujet: Re: Briser le silence [Prologue]   Ven 1 Juil - 17:13

Aujourd’hui était un jour spécial, marquant probablement une nouvelle ère. L’Annonce générale informant un discours du Général Orda était loin d’être anodine. Il était non seulement un membre du Cénacle Divin à la tête des Armées de l’Empire, mais il était aussi le régent actuel chargé de gérer la crise politique bouleversant le pays.

Assis sur le canapé de mon appartement, l’annonce débuta. Il n’y avait rien à redire, le Général était quelqu’un d’extrêmement charismatique, avec une élocution quasi-parfaite. Le tout, en plus d’être un combattant et un stratège d’élite. Difficile de trouver meilleurs candidat pour effectuer la gérance de l’Empire en ces temps troubles.

Le discours avait le mérite d’être suffisamment clair pour faire comprendre au peuple que le danger était bien réel, et que les institutions gouvernementales faisaient le nécessaire pour éviter une guerre. Toutefois, en présentant les indépendantistes comme des Terroristes mettant ce millénaire de paix en danger annonçait très clairement que bientôt, ce dernier appartiendrait au passé.

Pour un Assassin comme moi, qui servait l’Empire dans l’Ombre, il n’était pas si difficile de comprendre que, pour les instances, nous étions déjà en guerre. La mobilisation de tous les effectifs, jusqu’aux unités les plus secrètes, la modification des distributions des ressources pour se concentrer sur l’effort de guerre, le changement de la production économique se focalisant sur la création d’armes de guerre… Oui, L’Empire se préparait à une bataille longue et éprouvante pour récupérer les terres indépendantistes de Korris.

En toute logique, l’Empire possédait deux possibilités pour reconquérir les territoires perdus. En premier lieu, le pays résistant de Bastos, véritable forteresse, permettrait à l’Empire de reprendre le sud avant d’attaquer en tenaille Warangal, berceau de l’indépendance, alors isolé de toute aide. La seconde étant de lancer un assaut directe sur Warangal pour désorganiser l’indépendance et effectuer une conquête éclair des territoires du sud. Dans les deux cas, les autres pays ayant échappé au contrôle impérial n’auraient alors que très peu de temps et de ressource pour résister à nos forces.

Ceci expliquait l’attente du Général pour faire son annonce. Ce n’était pas du jour au lendemain qu’il était possible de mettre sur pied une réelle armée dans un Empire qui ne devait lutter contre aucune menace ayant à disposition des ressources équivalentes à plusieurs pays.

Pour m’a part, il n’était pas improbable que mon ordre de mission diffère des missions classiques. Avant d’être Neer Linter, je restais N, un assassin Impérial. Et je comptais bien remplir la mission que l’on allait me confier, peu importe le sang qu’il faudrait faire couler.



    « Le marteau de la mort est celui qui forge mon Destin. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Niveau : D
Messages : 45

Alignement: Anarchiste Chaotique Neutre


Anarchiste Chaotique Neutre
Chieri Maori
MessageSujet: Re: Briser le silence [Prologue]   Sam 2 Juil - 12:09

   

    Il est déjà dix heures lorsque Chieri se réveille. Elle se redresse doucement, et regarde le dessin que sa mère a fait d'elle pour ses dix-huit ans. Il n'est pas exceptionnellement bien fait, sa mère ayant fait du mieux qu'elle pouvait, mais il semble contenir une énergie particulière adressée la jeune fille. Elle ne la comprend d'ailleurs pas très bien, cette énergie étrange. Nue dans son lit comme à son habitude, elle se lève et se dirige vers son armoire, pour y choisir sa tenue du jour.

    Demain est le grand jour, mais aujourd'hui aussi est important. Elle doit finir tout les préparatifs afin de ne pas avoir de problèmes demain, lors de l'ascension. Oui, demain sera sa réussite, sa gloire. Elle veut s'en persuader pour garder un esprit positif face à cette tâche immense qu'elle s'est elle-même confiée. Demain, elle s'appellera elle-même Ash.

    Mais aujourd'hui aussi est important. Il faut qu'elle le garde à l'esprit. Elle ne se reposera pas comme les deux jours précédents, elle doit tout préparer pour être au mieux de sa forme demain, et réussir l'impossible. Seuls quelques personnes savent qu'elle va réellement tout donner pour réussir, la plupart ne voyant cet épisode de la vie des jeunes que comme une journée d'apparat, montrant qu'ils sont capable de monter à quelques mètres sans avoir peur, et qu'ils sont beau dans leurs habits, pour les donner à voir et éventuellement engager des fiançailles, notamment pour les filles. Chieri ne mettra pas sa belle tenue demain. Elle mettra sa tenue d'escalade, pour monter sur le Toit du Monde. Les apparences ne servent qu'à ceux qui demeurent coincés sur le sol. Elle, elle sera un oiseau.

    Elle choisit donc pour ce jour une tenue peu gênante, de sport. Elle l'enfile rapidement puis s'étire pour bien se réveiller. Elle rejoint ensuite ses parents, en train de prendre un petit-déjeuner dans la grande pièce centrale de la maison, qui rassemble salon et salle à manger. Un feu brûle dans la cheminée, réchauffant la baraque et amenant un peu plus de lumière que ce que les ouvertures, de taille moyenne, peuvent apporter. Elle mange un fruit et un morceau de pain, choisissant de rester dans le léger pour se sentir bien en ce jour de préparatifs.

   Une fois sortie de table, elle enchaîne une série d'échauffements. Elle prépare aussi ses muscles avec des exercices faciles, avec l'aide de son père qui la conseille et la guide. La jeune femme continue ainsi une bonne partie de la matinée, puis se repose un moment. Elle rêvasse devant la cheminée, et entend alors une annonce officielle d'un général Impérialiste. Elle sourit légèrement, voyant qu'il semble ignorer sciemment qu'il n'y a pas que deux partis dans ce nouveau monde, mais trois. Elle n'est cependant pas plus intéressée que cela, voyant qu'il ne semble vouloir que s'attirer les faveurs du peuple et le mettre à dos des indépendantistes, les plaçant de manière assez grotesque en "méchants". La seule phrase qui intéresse vraiment la jeune ambicieuse à l'écoute de cette annonce est celle qui la concerne dans un autre contexte, le sien, son présent.

    Cette phrase continue de tourner dans son esprit alors qu'elle va manger avec ses parents, le repas est alors bien complet, pour avoir toute l'énergie nécessaire le lendemain, notamment grâce à des féculents. Lorsque son repas est achevée, la fille choisit de sortir un moment, le temps de digérer le plat consistent qu'elle vient de terminer. Elle salue le petit vieux grincheux qu'elle croise à nouveau, toujours maugréant à souhait. Elle va faire un tour dans la forêt est, plus résineuse, et grimpe dans les branches d'un arbre pour s'y allonger un moment. Elle voit passer sous elle quelques enfants qui courent, se pourchassant, puis le grand qui la regardait avec ses yeux de merlan frit le jour précédent. Il semble les surveiller, son petit frère ou sa petite soeur devant faire parti du groupe de jeunes. La troupe continue ainsi son chemin, et la forêt redevient calme.

    Au bout d'une demi-heure, lorsqu'elle est bien reposée, Chieri redescend de son arbre et retourne vers chez ses parents, pour une petite séance de tirs afin de se changer les idées. Elle s'entraîne donc un moment, aidée de Thalweg comme toujours, puis va lire dans sa chambre, souhaitant une autre activité pour vider son esprit un moment.

    Elle finit sa journée par la préparation de sa tenue et de ses équipements d'escalade, repensant à ces deux dernières semaines. Elle se demande alors si elle reverra la petite fille étrange, avec son manteau jaune à capuche. Elle sourit en remarquant qu'elle a finalement prêté attention à quelqu'un ce qui est inhabituel pour elle, l'empathie n'étant pas sa plus grande qualité.

    La jeune femme retourne dans la salle à manger avec ses parents, prenant un repas léger puis retourne dans son lit, se déshabillant et s'allongeant. Chieri repense alors à cette phrase entendue au discours du général Impérialiste. "L'heure n'est plus aujourd'hui au doute.". Non, demain, elle ne doutera pas. Elle sourit à la lune qu'elle regarde par la fenêtre de sa chambre, et s'endort, sourire aux lèvres, se promettant que demain, son nom sera Ash.

Code by Joy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Niveau : D
Messages : 12

Alignement: Indépendantiste Chaotique Bon


Indépendantiste Chaotique Bon
Yst Decendia
MessageSujet: Re: Briser le silence [Prologue]   Lun 4 Juil - 17:20

Briser le silence- Prélude au chaos -

En vadrouille depuis déjà plusieurs jour, j’afin enfin atteins une petite bourgade. J’allais pouvoir prendre un peu de repos avant de reprendre mon interminable voyage. Alors que je m’avançais tranquillement dans l’allée principale, je vis des personnes se précipité vers un pub local où déjà bon nombre de personne était présente.

« Ça va commencer ! » Qu’ils disaient. Mais quoi ? Qu’est-ce qui allait commencer ?

Entrant à mon tour dans le pub, je les vis tous fixé un écran accroché un peu en hauteur. Personne ne soufflait mot et lorsqu’un homme apparut à l’écran, des murmures s’élevèrent faiblement, ils semblaient évoquer le nom de l’homme présent sur le téléviseur. Le Général Orda ? C’est pas lui qui s’occupe de l’Empire ?… Je sais plus, ce qui est sûr c’est qu’il a position importante au sein de l’Empire.

Le Général prit alors la parole. Les murmures se turent aussi vite qu’ils s’étaient lancés… L’attention fut immense lors de l’élocution de la figure militaire de l’Empire. Comme tout le monde, je fus des plus attentifs à ses dires… La plupart laissant s’afficher un large sourire sur mon visage.

L’Empire voulait parlement avec les Indépendantistes ? Tous ceux qui soutiendront la cause Indépendantiste seront inculpés de haute-trahison et ils seront jugés selon leurs actes ? Ha ha ha ! Elle était bien bonne celle-là ! Voilà que je suis devenu un terroriste ! Il espère retourner le peuple contre l’Indépendance mais je suis sûr que cela aura autant l’effet escompté que l’effet inverse.

Après tout… Pour certain, les Indépendantistes sont déjà des héros qui ont le courage de le rebeller contre l’Empire alors que, pour d’autre, il ne s’agit ni plus, ni moins d’opportuniste, de terroriste ou tout ce que vous voulez qui signifie qu’ils profitent de la disparition de Heim. M’enfin bref… S’ils le veulent… Soit, je serais un terroriste ou tout ce qu’ils veulent…

Je quitte le bâtiment avant tout le monde, un grand sourire aux lèvres. Un terroriste… Ha ha… Un maître d’arme, terroriste et héro du peuple… Autant dire que ma popularité va monter en flèche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Niveau : D
Messages : 51

Alignement: Anarchiste Neutre Bon


Anarchiste Neutre Bon
Hope Shirudo
MessageSujet: Re: Briser le silence [Prologue]   Mar 5 Juil - 14:08

Hope, tranquillement en vacances à Karin dans la province de Nox, avait entendu comme tout le monde la fameuse nouvelle, comme quoi un membre du Cénacle Divin, le général Orda allait faire une annonce publique concernant le futur de l’Empire et ce que ce dernier organisait pour Ashnora. Il savait que tous ses lèche-bottes de camarades avaient dû se retrouver sur une place à Hel pour boire les paroles de ce titulaire de l’ordre.

Il s’installa près d’un écran dans un bar, où il n’y avait que peu de monde, et où il serait donc laissé en paix quoiqu’il pense de ce qu’il allait entendre.

Le Général commença son discours, en insistant sur la valeur de paix et ce comme quoi elle avait perduré pendant mille ans « grâce » à Heïm. Bien entendu, sa disparition avait engendré des contestations, légitimes, mais pas spécialement justifiées.

Mais là où il fut choqué, ce fut la suite des propos du Général. Il était véritablement en train d’annoncer un massacre de la Fédération des Pays Indépendants d’Ashnora. A vrai dire, il n'aimait pas spécialement plus la FPIA que l'Empire Céleste, même s'il trouvait quand même que les desseins de la FPIA étaient peut-être nobles. Toutefois, manquant de clairvoyance, il avait préféré rester complètement à l'écart des ces deux "factions", puisque pour lui l'une n'est pas plus légitime que l'autre. Mais bon, il savait qu'il était inutile de réfléchir à cela maintenant, il ne comptait pas changer la face du monde, seulement l'éclairer. Quant à ce qui était le mieux pour le peuple, il devait encore y réfléchir, mais il aurait le temps plus tard.

Hope se leva brusquement, manquant de faire tomber sa chaise. Il se rua à sa chambre d’hôtel à la fin du discours, attrapa de quoi écrire et commença la rédaction d’une lettre à l’attention de ses parents.


« Mes chers parents,

L’heure est grave. Vous le savez aussi bien que moi, et trêve de formalités, même si j’espère que tout se passe bien à Silesen. Votre prédiction, que la Société allait être amenée à changer politiquement, et militairement, tout ceci risque d’arriver dans les prochains mois.
Si vous avez écouté le discours, vous savez à quoi vous en tenir
Nous ne sommes, ni ne serons affiliés à la FPIA, mais méfiez-vous des abus des forces du Cénacle Divin, nous avons besoin de voir clair dans cette histoire. »

Je pars de Karin dès que possible pour me rendre à Hel et retourner à l’Université.

Hope »


Il envoya le courrier par réseau éthéréen, et espéra qu’il ne se ferait pas pister tout de suite, ce qui pourrait grandement compromettre son avenir à l’Université de Magismologie. Toutefois y était-il un élève modèle, alors il n’y avait aucune raison. Il boucla ses valises et se coucha, en attente du zeppelin pour demain.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Niveau : D
Messages : 21

Alignement: Indépendantiste Indécis


Indépendantiste Indécis
Raizel
MessageSujet: Re: Briser le silence [Prologue]   Mar 5 Juil - 18:06



La Nuit  Approche!!!

La léthargie ne le quittait toujours point. Lui qui, il n’y a pas encore si longtemps se trouvait de l’autre côté de la frontière, était là, telle une âme errante, dans ce souterrain. Il ignorait tout de ce qui pouvait se passer autour de lui, et ne pouvait à cet instant que se fier aux seuls sens qu’il avait pu récupérer à présent, l’ouïe et le toucher.

Il se savait en présence de deux personnes,  un homme et une femme, mais ne saurait clairement comprendre ce qui se tramait. Son esprit était encore légèrement emboué. Il avait l’impression d’avoir dormi longtemps, vraiment longtemps, mais ressentait également une fatigue qu’il ne saurait s’expliquer. Il essayait de bouger, mais rien ne se passait. Il essayait, encore et encore, il sentait son corps légèrement étrange, et surtout se sentait lourd, avec raison. Loin de se douter qu’il était entraver au plus haut point pour son propre bien, il essayait de se trouver des repères, alors que la panique et l’inquiétude gagnait du terrain. Un bruit de métal qu’on frottait s’élevait à présent.

Luriel se tenait debout devant lui, encore à travailler sur ce qu’elle considérait depuis peu comme son bébé. Son visage montrait sa pleine fascination pour l’être qui se trouvait sous ses yeux. Plus d’un demi-millénaire s’était écoulé entre le moment de sa venue au monde et ce jour, et pourtant, il était là, tel un jeune adolescent scarifié ici et là. Les ajustements qu’elle avait effectués afin de rééquilibrer convenablement les parties inorganiques du corps du jeune garçon étaient bientôt achevés.  Bientôt elle lui retirerait les entraves qu’il avait fallu mettre en place pour le maitriser. Une penséé qui soulevait une certaine appréhension en elle, malgré le fait qu’elle dise que ce petit pépin qu’elle avait rencontré quelques heures plus tôt n’était désormais, rien de plus qu’un souvenir lointain.

Telle une enfant devant son idole, elle ne cessait de s’émerveiller sur ce qu’elle voyait. L’idée même qu’auparavant il y eut un homme suffisamment fou pour réaliser quelque chose que seuls les des laboratoires spécialisés ne sauraient réaliser la faisait frissonner. Enfin, les raisons de frissonner étaient nombreuses en ce lieu, mais à présent, le principal provenait de ce disait le poste radio de son compagnon Barzack, le propos du général Orda. Le souverain intérimaire du saint-empire avait employé des termes qui ne pouvaient tomber dans des oreilles sourdes. Les feux de la guerre brillaient au loin et se rapprochaient.
Cet affrontement aura donc finalement lieu….
Rien ne dit que ce sera la guerre voyons! Soit un peu plus optimiste mon chéri...
Espérons……
Empereur-Dieu… Impériaux…. Pays Indépendants….Empire… Trahison…. Il n’avait pas saisi de quoi cette nouvelle voix lointaine parlait, mais il avait clairement compris que ces mots là n’étaient autre que ceux d’une personne lançant un ultimatum… La peur s’emparait à présent de lui… Qu’allait-il advenir de lui qui était paralysé si un conflit explosait ?





Les fleurs naissent puis se fanent.
Les étoiles brillent, puis un jour s'éteignent!
Tout ce qui possède un début, possèdera une fin!
Car une seule chose est vraie
La mort est comme le vent,
Toujours à nos côtés !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Niveau : D
Messages : 16

Alignement: Anarchiste Neutre Mauvais


Anarchiste Neutre Mauvais
Sekaishi
MessageSujet: Re: Briser le silence [Prologue]   Mer 6 Juil - 0:22

On toqua à la porte, d’un air rythmé et raffiné. Notre anti-héros reconnu cette manière pleine de rigueur et de finesse de son majordome. Annonçant que ce dernier pouvait pénétrer dans la pièce, le serviteur s’exécuta en s’excusant d’avance des possibles bruits dérangeants. *Un peu qu’ils sont désagréable, on fera changer le sol.* Poussant un plateau sur lequel figurait un énorme cube, les roulettes s’entrechoquaient avec les joints des dalles de marbres, malgré le grand soin apporté par l’homme de grâce. Il annonçait :

Monsieur. L’annonce va bientôt commencer.

L’écran incrusté dans le caisson affichait des grésillements gris désagréable, avant de venir exposer la figure d’un gradé de l’armé : le Général Orda. La ponctualité de celui qui portait un costume queue-de-pie était fortement apprécié par Sekaishi. Le noble écoutait d’une oreille l'impérialiste a la carrière impeccable. L'élitiste, semblait lui paraître anodin, sans personnalité et démunit de volonté. *Comme mes parents quoi. La question est, va t-il finir lui aussi dans un grand barbecue ?*

[..] Ainsi, à partir d’aujourd’hui. Tous les actes soutenant directement ou indirectement la Fédération des Pays Indépendant ou le mouvement indépendantiste sera considéré comme une haute-trahison envers l’Empire. Les partisans de ces mouvements seront arrêtés, et jugés devant un tribunal. La sanction sera à la hauteur de leurs méfaits, et justice sera rendue.[..]

Un sourire s’accrochait sur le visage de l’anti-héro. *Alors là… Ça en a mit du temps avant d’en arriver la ! Le monde que j’entrevoyais commence enfin à naitre !* Le jeune homme se levait, comme pour se mesurer d’égal à égal a ce général, avant d’écarter les bras :

Haha ! Venez donc ! Nous jouerons à l’un des jeux les plus anciens du monde : je serais votre souris, et vous le chat ! Pauvre fou ! Savez-vous combien de longueur d’avance j’ai sur vous HAHA !

L'éclat du regard de son majordome trahissait son admiration, mais sa mine étrange trompait sa pensé : son maître était atteint par le folie. Une folie si grande, si imposante.. Si grandiose. Il ne défiait pas que le général Orda, loin de la. C’était le monde entier qu’il souhaitait provoquer. Sekaishi était un homme qui ne croyait en aucune valeur, en aucune personne, en aucune affiliation. Il était le plus marginal des marginaux. Reprenant la parole, pour cette fois s’adresser à un interlocuteur bien présent - le seul - il partageait ses futures actions avec celui qui le servait.

Prépares les chevaux et le char. Nous allons modeler et assister ce convoi diplomatique.
Monsieur, nous ne savons pas ou se trouve le lieu de réunion.

Sekaishi soupirait à ces mots. *Mon dieu.. C’est ainsi dire facile pour moi de le deviner. Et auquel cas, ou pense t-il que le convoi parte. Depuis la capitale de l’Empire, là ou siège le cénacle Divin, Lighthalzen, au palais Impérial. Le suivre suffisamment pour déterminer son arrivée n’est pas infaisable*


Dernière édition par Sekaishi le Mer 6 Juil - 1:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Niveau : D
Messages : 26

Alignement: Impérial Chaotique Neutre


Impérial Chaotique Neutre
Astanya
MessageSujet: Re: Briser le silence [Prologue]   Mer 6 Juil - 1:32

La jeune fille lisait tranquillement un livre sur les recettes traditionnelles de Rajpur et de Tao lorsque le vieux Sergeï rentra en coup de vent, ce qu'elle n'avait jusque là jamais vu. Il était assez tard.

- Allume la radio Astanya ! Vite ! C'est l'annonce du général !
- Ouh là ! Calme toi, Papy ! C'est quoi cette histoire d'ann...
- Allume la je te dis !!!
- Bon bon bon... Je m'en occupe.

    La demoiselle se leva donc pour attraper la radio posée sur le haut de l'armoire, et l'allumer dans un grésillement. Au bout de quelques secondes, elle trouva le bon canal.

- Grrzzzz... chgrzz... compatriotes Impériaux. Nous traversons des temps sombres. La perte du dernier des élus, et la disparition de notre Empereur-Dieu nous a infligé à tous, une blessure profonde.

    Le vieux grincheux gromella une fois de plus, passant une main dans sa barbe blanche en bataille. Astanya s'était quant à elle mise à écouter avec attention.

- Et bien ma foi, il croit sincèrement qu'on est tous si touchés que ça par la disparition de cette foutue Île ?

- Ainsi, à partir d’aujourd’hui. Tous les actes soutenant directement ou indirectement la Fédération des Pays Indépendant ou le mouvement indépendantiste sera considéré comme une haute-trahison envers l’Empire. Les partisans de ces mouvements seront arrêtés, et jugés devant un tribunal. La sanction sera à la hauteur de leurs méfaits, et justice sera rendue...

    La jeune femme à l'apparence enfantine fronça les sourcils, se demandant comment elle pourrait réaliser son souhait si une guerre se déclarait.

- Mais comment vais-je pouvoir aller à Lighthalzen si un conflit éclate... Toutes les frontières vont être surveillées à partir de maintenant. Heureusement, ils ne semblent pas donner de réelle importance aux Anarchistes. Je devrai pouvoir réussir à me faufiler à Taris ou à Parmera pour atteindre un port et pouvoir aller à Niria... Mais du coup je n'ai plus le temps d'attendre... Quelques semaines il dit ? Bien bien bien... Je vais devoir me presser de rejoindre une de ses frontières avant cette date, car si la FPIA refuse l'accord, ce qui risque de se passer très probablement car il sera évidemment despotique et à l'avantage pur de l'Empire, les frontières entre les pays Impériaux et les autres seront bien plus difficiles à passer...

Papy ! Je vais partir demain matin. Je ne peux plus rester dans ce pays si je veux pouvoir aller apprendre à l'Académie. Je serais vue comme ennemie de l'Empire et ça m'indisposerait au plus haut point. Ce n'est pas spécialement que j'attache de l'importance à la politique mais là ça risque de compromettre mes rêves. Je ne te remercierai jamais assez de m'avoir laisser vivre ici si longtemps !

    Le vieux reprend son habituel marmonage.

- Pas comme si j'avais besoin d'une gamine pleurnicharde et trop aimable dans les pattes.
- Ohlala ! Fais pas cette tête Papy, je reviendrais te voir, c'est promis.
- Les papillons c'est pas capable de tenir ce genre de promesse. Allez, dors, je te donnerai de quoi faire un goûter pour ta route demain.

    Astanya fait un doux sourire au vieil homme qui avait bien réussi à la cerner.

- Tu me manquera Papy.
- C'est ça, c'est ça... Allez, dors.

    L'enfant de dix-huit ans s'allongea sur la paillasse qui lui était réservée puis ferma les yeux, sombrant rapidement dans le royaume des songes.

- Toi aussi, tu me manqueras, Papillon...

    Sergeï s'allonge à son tour sur sa propre paillasse, fatigué par la journée et sa longue vie, et s'endormit en pensant au futur du pays et de sa petite protégée qui lui semblait si jeune.
Demain sera un autre jour, et demain commencera une nouvelle période pour ce monde au destin semblant désormais tragique, dans le sang et les larmes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Niveau : D
Messages : 110

Alignement: Anarchiste Chaotique Neutre


Anarchiste Chaotique Neutre
Daraen Vanaheim
MessageSujet: Re: Briser le silence [Prologue]   Mer 6 Juil - 1:44

Une journée tout à fait normale, à Hël. Depuis peu, j’étais arrivé dans ce pays, et je commençais petit à petit à y prendre goût. Après tout, la vie était plutôt tranquille ici. Je ne m’étais pas installé pour autant, puisque Yukine et moi arpentions les routes d’Yllissia progressivement, découvrant tous ces nouveaux paysages qui se montraient à nous. Et pour l’instant, nous étions plutôt satisfaits. Le seul problème a été lorsque nous sommes arrivés à Corrillissia. L’ambiance festive, et ces villes grouillant de monde étaient terriblement oppressantes. Je ne l’ai pas supporté. J’étais plus habitué à mon petit calme, à Varcaya, et le changement là, avait été bien trop brutal. Peut-être qu’un jour, j’y parviendrais. Peut-être. Mais pour l’instant, ce n’était pas prévu.

Enfin, quand je vous dis que c’était calme et paisible... c’était jusqu’à ce jour-là, bien précis. Oui, ce jour-là était bien plus mouvementé que d’autres. Beaucoup de personnes discutaient au sujet d’un grand discours, et c’était donc très rapidement devenu le centre de discussion majeur de tous les villageois de cette petite bourgade. J’étais intrigué, car je ne savais pas vraiment ce qu’il se passait. J’avais peut-être intérêt à en apprendre un peu plus à ce sujet.

Ça m’a l’air chiant, grand-frère.
Tu ne sais même pas de quoi ça va parler.
Les gens qui vivent dans cette petite boîte ne sont pas très intéressants, de ce que j’ai vu.
De cette petite boîte ? Ah, ce qu’ils appellent une "télé".
Oui...
Nous verrons bien, Yukine !


Même si mon frère ne semblait pas très motivé à l’idée de regarder ce discours, j’en avais personnellement envie. Pour quelle raison ? Je n’en avais pas vraiment... de la curiosité sans doute. Et puis, on pourrait peut-être apprendre des choses intéressantes sur ce qu’il se passe sur ces nouvelles terres. Il faut bien le dire, j’étais un peu paumé depuis que j’ai débarqué sur les plages de Karin. J’ignorais encore beaucoup de choses sur ce nouveau monde qui s’offrait à nous.

Et, simple petite question de ma part, si je puis me le permettre... on le regarde comment ? Non parce que, je ne sais pas moi, mais il me semble qu’on a pas de télé nous.
... tu marques un point.


Je regardais autour de moi, si y avait pas une solution à ce problème petit épineux. Le discours allait commencer sous peu, et je ne tenais pas à en rater une miette.

- Mes chers compatriotes Impériaux. Nous traversons...

Cette voix. On dirait le début d’un... discours ? Oui ! Mais d’où cela venait-il ? Regardant aux alentours, je trouvais l’origine de cette voix. Il y avait une petite maison avec une fenêtre entrouverte, juste derrière moi. À l’intérieur, une vieille qui regardait dans cette télé. Bingo !

Je m’approchais de la fenêtre, pour écouter à mon tour l’émission. Et je constatais que le son était plutôt fort. Pour sûr, cette mamie devait être bien sourde..

Bref, parlons de choses plus intéressantes.

J’ai faim, Daraen.
...


Non, pas de ça, mais de ce discours. J’écoutais donc, afin de comprendre ce qui faisait tant parler les villageois. Et le sujet principal arriva bien assez vite. Il s’agissait d’un discours d’un homme appartenant à l’Empire Céleste. C’était évident, étant donné que j’étais, de ce que j’ai compris, sur des terres impériales. Cependant, je ne savais pas encore réellement ce que cela impliquait exactement. Et, tout ce que je savais, c’était que ce discours était dirigé à l’encontre d’une autre grande faction, qui était la Fédération des Pays Indépendants d’Ashnora. Il défendait les valeurs de sa propre patrie, et accusa sa némésis de terroriste. Ah oui, vraiment ? Il était clair que cet homme savait parler, et avait du charisme, mais malheureusement je ne connaissais que trop mal la situation pour réellement comprendre les aboutissements de celle-ci, et surtout ce qui unit exactement ces deux factions entre elles. Qui était dans le tort ? Qui était dans le juste ? Je n’avais aucun moyen de le savoir. Tant, il n’y avait pas de bon camp, ni de mauvais.

Ils allaient donc se livrer à une guerre sans merci ? Peut-être bien que oui, peut-être bien que non. Il semblerait néanmoins qu’une action de dernière chance ait été réalisé, avec une action diplomatique. Dans l’idéal, comme il le disait, il souhaiterait trouver une alternative à la guerre. C’est vrai que ce serait plus cool. Si on peut éviter de se taper dessus, moi je ne dis pas non. Je me plaisais bien ici, mais si la guerre était déclarée, j’irais sans doute m’exiler bien plus loin, dans des lieux où on ne me ferait pas chier. Qui sait, il y avait peut-être des zones pacifiques dans ce monde, hormis Varcaya, non ? Aucune idée. Je ne savais même pas jusqu’où s’étendait notre monde. Alors bon. Il finit son discours en glorifiant Heïm, les Elus et l’Empire. Des élus ? Les anciens disaient souvent ça de moi, à Varcaya, mais je ne pense pas que c’était pour les mêmes raisons. Bien que j’aurais été honoré qu’on me glorifie ainsi, devant le monde entier. Quoique... si je devenais célèbre, je ne serais jamais tranquille. Raaah, triste vie.

À la fin du discours, dans toute la ville, des cris se faisaient entendre, répétant la dernière phrase de ce général. Tandis que moi, j’allais être confronté à un autre problème. La vieille m’avait repéré !

- Petit malot’u ! Pou’ qui te p’end tu de leluquer une belle femme comme moué, hein ?! Vau’ien ! Te’o’iste ! LE GENE’AL O’DA AVAIT ‘AISON !
- De... quoi ? Moi, mater une vieille peau comme vous ? Désolé, mais je...
- T’AS DIT QUOI ?!
- Ok salut !

D’un signe de la main, et d’un sourire, je m’enfuis à toute vitesse de cette vieille folle. Elle m’a pris pour un terroriste, et donc pour un de ces indépendantistes ? Sérieusement ? Euh. Y a des gens vraiment pas nets ici.

J’ai f…
… aim. Allons manger une glace !
Oh oui !


Après avoir pris mes distances avec la maison de la vieille bique, je partis donc manger une glace avec mon petit frère. Une, pour le prix de deux ! Trop pratique ma situation.




Daraen : #3E51B8
Yukine : #D02525
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Niveau : D
Messages : 20

Alignement: Indépendantiste Chaotique Mauvais


Indépendantiste Chaotique Mauvais
Edward J. Lionheart
MessageSujet: Re: Briser le silence [Prologue]   Mer 6 Juil - 20:10

Ouvrant les yeux, l’Onryo pouvait sentir sur lui l’étreinte de sa proie estivale. Oui, Edward se sentait plus en vacance ici que sur Korris, et il n’avait pas hésité à rallonger le temps de sa mission pour se prendre des vacances sur le compte de la FPIA. En plus de quoi, il était accompagné de ce beau blond qu’il avait réussi à charmer et à rendre presque esclave. Il ressentait même la folle envie de faire de lui une de ses marionnettes pour pouvoir l’emmener avec lui à Warangal. Dommage que, pour ce faire, il devait mourir, et l’acte en lui-même perdrait alors tout son charme.

Déplaçant les membres nus de son compagnon, le jeune homme aux cheveux de feu se déplaça pour allumer l’écran de télévision présent dans la chambre d’hôtel. Il n’ignorait pas que l’annonce du “Grand” Général Orda allait avoir lieu, et à vrai dire, il était impatient de voir ce que le régent du grand Empire-Céleste allait dire.

    « Qu’est-ce que tu regardes ? »


Les yeux hétérochrome du garçon se déplacèrent jusqu’à source de cette voix qui n’était personne d’autre que celui qui partageait sa couche.

    « Un discours. »
    « Ah oui… Je crois que c’est aujourd’hui que le Général Orda doit faire son annonce publique. »
    « Exact. Maintenant interdiction de parler. Tu seras mignon. »


Rapprochant son visage pour mordre les lèvres du blond, il revint sur l’écran afin de suivre l’annonce d’une oreille extrêmement attentive. C’était à ce moment-là qu’il regrettait que son pouvoir ne fonctionnât pas derrière un écran… Il aurait donné cher pour savoir si le Régent Impérial était sincère lors du discours, ou s’il était un adepte d’une politique hypocrite.

En tout cas, Edward devait bien avouer une chose : le général était un homme extrêmement charismatique. Les mots étaient bien choisis, toutes les phrases ne laissant planer aucun doute sur une position ferme, mais clémente, vis-à-vis des “rebelles” indépendantistes. En vérité, il n’avait pas choisi le mot rebelle mais bien celui de “Terroriste”. Preuve qui laissait voir à l’Onryô qu’effectivement, le Général Orda s’y connaissait en communication.

À la fin du discours, Edward éteignit la télévision avant de laisser afficher un mince sourire. Il était proche de franchir la première étape de son plan : détruire ce monde. En le plongeant dans la guerre, il savait que le chaos allait se répendre. Déjà que la disparition de l’Empereur-Dieu était une chose inespérée qui avait ouvert la voie à de nombreuses possibilités, mais si l’Empire lançait de lui-même un ultimatum, c’était une chance inouïe. Une chance de mettre le feu aux poudres, et de réduire ce monde impur en cendre.

La perspective de la guerre était quelque chose de plaisante pour lui. En plus de provoquer un grand changement, cela lui assurait de pouvoir récolter suffisamment de cadavre pour le servir, et se monter une armée personnelle. Bien entendu, son art était loin d’être parfait. Il devait encore trouver le moyen de pouvoir animer de façon perpétuelle son armée afin de réellement pouvoir peser sur la balance. Car malgré tout, le moindre des cadavres qu’il réanimait lui grignotaient à chaque seconde passante un peu plus d’énergie.

Mais pour l’heure, tout ce qu’il savait, c’était qu’il allait très bientôt recevoir un ordre de mission de la FPIA. Et il savait aussi qu’il profiterait de cette occasion pour faire germer les graines de haine, et pousser le monde à la dévastation provoqué par la guerre.



    Le Chaos s’éveille des profondeurs de la Terre,
    Les Flammes de ma haine illumineront la voie,
    Les Morts seront  le bras armé de ma colère,
    Ils partageront ma douleur,
    Quel qu’en soit le prix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alignement:


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Briser le silence [Prologue]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Briser le silence [Prologue]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Prologue à La Tempête : Covenants] Le départ
» [Prologue à La Tempête : humains] L'escale
» Fenêtre d'église briser ou pleine
» [Vidéo] Boutique Bionifigs : Prologue
» Prologue : Rotterdam - Rotterdam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy : The Warring Kingdoms :: Pré-RPG :: Acte 1 : L'Embrasement :: Chapitre 1 : Incident diplomatique-