AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Ne me frappez pas, je suis déjà un œuf battu." - Haelwezhenn Bellovesus - Terminée - En attente de validation de pouvoir - Attention ça peut être un peu glauque.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Niveau : D
Messages : 13

Alignement: Anarchiste Neutre Mauvais


Anarchiste Neutre Mauvais
Haelwezhenn Bellovesus
MessageSujet: "Ne me frappez pas, je suis déjà un œuf battu." - Haelwezhenn Bellovesus - Terminée - En attente de validation de pouvoir - Attention ça peut être un peu glauque.   Dim 14 Aoû - 22:52



Haelwezhenn Bellovesus

"Le violet me sied à merveilles."



Âge : 28 ans.
Sexe : Masculin. Un homme, un pur, un vrai.
Idéologie : Anarchiste
Grade : Aucun.
Don : Modification des pigmentations, cela permet à notre personnage de changer son physique. Malheureusement il se peut que par fatigue il ne contrôle plus son don, reprend ses couleurs d'origines ou alors ses pigments virent au grand n'importe quoi.
Métier : L'esclave de sa femme, son punching-ball, son souffre-douleur et surtout son assassin personnel. Autrefois un mercenaire qui surveillait tout simplement des lieux en échange d'une moindre somme pour pouvoir subvenir aux besoins de sa famille, il n'obéit à présent qu'aux ordres de sa "tendre" épouse.
Alignement Visé : Neutre.
But : Tout faire pour éviter de se faire frapper.
Origine de votre avatar : FNAF.
Parrain ? : Aucun. C'est moi le parrain. C'est moi qui contrôle la mafia! /SBAAF/





Vos Descriptions

"Le violet, c'est joli comme couleur non?"

Le violet, voilà quelle est la couleur qu'il porte sans cesse. Il l'adore, il l'adule. Non parce qu'il l'a décidé. Non parce qu'il a eu un coup de cœur, mais tout simplement parce qu'on l'a exigé. "Aime le violet, ça te va." "Porte ça dans cette couleur, pas dans une autre.", voilà ce qu'on lui répète sans cesse depuis qu'il est marié. Jamais on ne le verra habillé autrement que dans ce mélange de bleu et de rouge. Avec ses pouvoirs, il se permet même d'aller plus loin, de changer ses cheveux normalement noirs pour leur donner cette couleur imposée mais aussi sa peau surtout lors ses missions. En tant normal il prend une peau blanche qu'elle préfère ou une peau brune qui est sa couleur de peau d'origine. Ce qui ne change pas chez lui, c'est sa taille. Grand homme d'un mètre quatre-vingt dix-neuf avec une musculature qui va avec sans en être pour autant trop imposante, Haelwezhenn inspire le respect auprès de tout ceux qu'il croise. Et pourtant, de ses yeux naturellement gris il fuit le regard des autres, craignant les quelques remarques qu'on pourrait lui faire. S'il est toujours habillé d'une chemise et qu'il porte une casquette pourpres avec un pantalon et une cravate noirs, le violet a une autre signification pour lui. C'est la couleur de ses blessures.

"Ma femme? Je l'aime. Elle? Si elle m'aime? Je n'en sais rien mais je crois."

Frappé, lynché, tabassé, violé.... On lui fait tout subir. Il est l'objet de sa tendre épouse, celle qu'il adule, qu'il vénère, l'élue de son cœur et le bourreau de son corps. Comment fait-il pour la supporter? Pourquoi ne lui dit-il rien lorsqu'elle lève la main sur lui? Peut-être parce qu'il est gentil, trop même, ou tout simplement parce qu'elle est celle qui lui a permit de devenir quelqu'un d'autre dans sa jeunesse. Des rumeurs venant de sa fratrie disent qu'elle l'a ensorcelé avec un charme ou encore avec un philtre d'amour. Tant d'histoires sont racontées par les proches de notre jeune homme qui n'ose jamais se rebeller contre celle qu'il a épousé. Il pense que si elle est dure avec elle c'est tout simplement pour son bien. Aussi il ne peut pas se résigner à partir, il sait que cela lui ferait trop de mal mais il pense surtout à ses enfants. Ah ses progénitures. Il les adore tout autant que leur mère. Certes pour la plupart il ne les a pas eu en étant consentant mais il les adore tout de même, les chérissant. On les prend en otage, "si tu veux les voir, il faut que m'obéisse" et il s'exécute, comme un petit caniche à sa mémère, courbant l'échine et baissant la tête. Il est prêt à donner la papatte le petit médor. Brave bête va.

"Une victime, c'est comme une pizza. Tu es là, tu la découpe, tu la déchiquette, tu en fais ce que tu veux, c'est marrant, tu en fous de partout, mais tu t'amuse... et tout le monde te déteste."

Un meurtrier. Voilà ce qu'il est. Il ne s'en rend pas compte dans sa folie mais il est un réel criminel. Sa femme lui demande d'aller voir telle personne pour l'assassiner il le fait immédiatement et sans râler. Au début ça ne lui faisait rien si ce n'était que de le faire pleurer et regretter ses actes mais plus le temps passe et plus il commence à apprécier. Ce qu'il souhaitait faire propre et rapidement autrefois n'est plus qu'un ancien souvenir. A présent, il préfère faire souffrir sa proie quitte à s'en mettre partout, prenant alors une peau et ses cheveux entièrement violet et ses yeux blancs comme neige, comme s'il n'avait aucune pupille. Avec un grand sourire, il peut vous faire subir tant de choses qu'il a lui-même enduré. Ce qu'il vous fait c'est ce qu'il a vécu. Son jeu favori est tout de même de démembrer petit à petit son victime si seulement il a le temps d'y faire. Et quand il le fait, il prend son pied.

"Il n'y a point de génie sans grain de folie. Comment ça j'ai le bac à sable?"

Commettre des meurtres sous l'influence d'une femme et surtout de ses coups n'est pas une chose sans conséquence. En effet, si autrefois il n'était qu'un simple dépressif qui craignait d'être rejeté par tout ceux qu'il aimait il est à présent atteint du syndrome de Stockholm et d'une folie que les gens croient être par erreur de la schizophrénie. Il croit entendre des voix, une sorte de conscience qui lui demande de ne pas faire ça et une autre qui lui ordonne de commettre ses méfaits. Comme il n'a pas envie de les entendre il chante sans cesse, modifiant parfois quelques comptines pour les rendre un peu plus glauques. Il peut même parfois se raconter des blagues tout seul pour plaisanter ou même jouer avec les cadavres de ses victimes. Il adore danser et celles-ci acceptent un peu mieux les invitations à un bal imaginaire, monde dans lequel il peut s'évader pour oublier la douleur que lui inflige sa dulcinée. Il n'est jamais sérieux, préférant se montrer plutôt "joyeux" que triste. Les seuls moments où il peut se montrer craintif sont uniquement lorsqu'il est devant sa femme.....  

"Je ne suis pas que mauvais...."

....en effet, il reste humain. Il y a bien un bon fond dans le cœur de notre mari battu. Lorsqu'il n'est pas là à faire le larbin pour sa conjointe, Haelwezhenn se promène dans les rues quand il en a l'occasion, profitant de ces instants de paix pour essayer de se remettre les idées en place. Il n'hésite pas à venir en aide à quiconque le lui demande et même à jouer avec les enfants et les animaux. C'est également un grand curieux qui aime découvrir et apprendre de nouvelles choses.  
Votre Histoire

Allez allez viens mon enfant. Installe-toi. Ne dis plus rien. Comment ça tu ne peux plus? HAHAHA pardon, j'avais totalement oublié que je t'avais bâillonné. HAHAHAHA ! Faut dire que aussi que ça fait un bon petit bout de temps, genre cinq minutes.
Laisse-moi te raconter une histoire pour te calmer. Une belle et grande histoire. Tu aime ça non? Les histoires? Les petits contes qu'on raconte aux marmots le soir pour les endormir. Je le fais souvent avec mes enfants. Si tu les voyais ils sont adorables..... Ils ont à peu près ton âge. Oh oui, j'aimerai bien t'adopter moi. Je suis sûr que tu t'entendrais à merveille avec eux. Je remplacerai tes parents s'il le faut. Oh oui, ma femme et moi nous t’élèveront comme notre propre progéniture. Mais qu'est-ce que t'as encore à chouiner? Mais arrête de pleurer ! Tu es une grande personne non? Allez!


La personne en face de vous vous regarde avec un grand sourire, moqueur. Le teint, les cheveux, les vêtements.... A part le pantalon et la cravate noirs ainsi que les yeux entièrement blanc, il est tout en violet. Il est grand, très grand même. Vous n'arrivez pas à distinguer son âge et tant que la peur vous prend, vous n'osez pas essayer de vous défaire de vos liens. Il vous attrape avec ses grandes mains pour vous forcer à vous asseoir sur un des fauteuils immaculés de sang par tout le massacre. L'odeur de l'hémoglobine vous écœure. Vous avez envie de vomir mais vous vous retenez d'y faire. De toute façon avec le bâillon ça ne pourra pas partir très loin.

Alors laisse-moi m'asseoir.... voilà... Hmm.... Ça ne dérange pas si je me débarrasse du cadavre de ton père sur le siège avant? J'avoue qu'il n'est pas très confortable. Bon tant pis, on ne va pas passer des heures non plus ensemble même si j'aimerai mais vois-tu, ma femme m'attend.


Il envoie valser le cadavre de votre paternel qui a été cruellement éviscéré. Il jette le macchabée vers celui de votre mère, étouffée avec l'écharpe en fourrure qu'elle avait acheté dernièrement. En voyant cet horrible tableau vous avez envie de crier, de pleurer plus fort, de supplier cet homme de vous laisser partir mais avez peur que vos entrailles rejoignent celles de votre nourrice utilisés comme décoration dans tout le salon pour "donner une ambiance de fête". Vous regardez l'homme une nouvelle fois, vous demandant comment faire pour partir.

Il était une fois et non deux -héhéhéhé- une petite famille. Elle était composée d'un papa, d'une maman, de trois sœurs et d'un frère. Celui-ci étant le seul garçon de sa fratrie était sans cesse la victime des autres. On le prenait, le coiffait, le maquillait et lui enfilait des robes. Les parents ne disaient rien puisque après tout cela le ferait endurcir, soit disant. Mais rien ne fit, le petit garçon se renfermait sur lui-même, évitant le regard des gens, subissant la maltraitance de ses aînées sans ne dire mot. Il faisait parti d'une sorte de secte, le Cercle de Minuit, où tous les membres apprenaient à devenir des mercenaires. On les critiquait à tort, tout le monde pensait qu'ils étaient inhumains, qu'ils faisaient du mal gratuitement alors qu'en réalité ils ne cherchaient juste qu'à protéger les gens et surtout les lieux sacrés. Ainsi ce petit garçon à l'âge de huit ans fut obligé d'apprendre l'art du combat. Ce fut à ce moment-là qu'il découvrit alors un don, un pouvoir qui lui permettrait plus tard de pouvoir pratiquer en se faisant plus discret : changer son physique, du moins les couleurs de son corps tel un caméléon. On se disait "han, sans doute sera-t-il utile plus tard pour des missions d'espionnage ou des trucs comme ça"! Alors on lui enseigna comment jouer la comédie. Oh pauvre petit acteur qu'il serait plus tard.
Malheureusement on lui avait donné un nom compliqué. Trop long pour un enfant. Tu ne t'en rends pas compte, mais quand on a un nom à rallonge, personne ne peut le prononcer correctement. Le temps qu'il manipule ses pouvoirs il ne comprenait pas pourquoi il changeait de physique sans cesse, pourquoi du jour au lendemain il avait les cheveux qui avaient quitté le noir pour devenir blonds et les yeux virés au bleu. La prononciation de son nom changeait à chaque bouche, son physique virait au grand n'importe quoi. Ses sœurs se moquaient de lui. Elles ne le soutenaient pas, elle se fichaient de sa poire sans cesse, lui posant de drôles de questions. Quant aux professeurs, ou du moins à ses tuteurs, ils lui apprenaient à devenir un merveilleux acteur. Mais Timmy, tu sais quel est la question que se posait dans sa tête ce pauvre enfant?


Il accompagnait ses paroles par un tapotement sur ses tympans avec son index avant de continuer :

"Qui je suis finalement?"
Dépressif adolescent, rejeté par les autres à cause de sa timidité, de son pouvoir méprisant et de sa gentillesse désespérante pour un futur mercenaire, le petit Haelwezhenn de son nom n'espérait juste qu'une chose : que la Mort l'emporte. Après tout, on finit bien par mourir tôt ou tard n'est-ce pas? Rien n'est immortel alors crever tôt ou tard ce n'était rien. Il fallait juste attendre de mourir, attendre enfin de pouvoir se mêler un jour au combat.
Mais à dix-huit ans, à l'âge enfin de jouer les gardiens de lieux sacrés, voilà qu'il comprit ce qu'était le défaut d'être trop grand et imposant : on ne vient pas chercher les embrouilles à une girafe. Les gens le craignaient naturellement et malgré le fait qu'il était un petit poney d'un mètre quatre-vingt quinze à l'époque -il a grandit depuis- quiconque venait le voir s'en allait, la queue entre les jambes comme un vulgaire chien qu'on aurait battu. Il arrivait à effectuer ses missions d'espionnage à merveille, sans jamais avoir de problèmes avec l'ennemi. Il se détestait lui-même, d'être aussi fidèle, loyal... Il aurait pu se tuer mais non, il redoutait la mort de par lui-même. Il préférait crever dans l'honneur tout de même.


Il s'était lui-même mis en colère mais se calma en jouant avec sa cravate, l'air soudainement amoureux.

Et puis il rencontra enfin sa princesse. Sa dulcinée. Elle n'était pas la femme la plus belle du monde peut-être mais elle l'était à ses yeux. Ce ne fut pas le coup de foudre directement mais à force de la voir chaque jour passer vers le temple qu'il protégeait, il ne pouvait plus détacher son regard d'elle. Les jours passaient puis les semaines et au final il trouva le courage de lui demander de dîner un soir avec elle.

Il se penche vers vous avec un plus grand sourire et vous chuchote en vous adressant un clin d’œil.

"En réalité, c'est elle qui l'a invité à venir manger chez elle."


Il gloussa légèrement avant de reprendre une position confortable, croisant ses jambes et jouant de nouveau avec les pans de ses vêtements.

"Il mangea alors sa cuisine. Merveilleux, le meilleur qu'il avait pu manger de sa vie. Ils ont mangé ensemble, ri à deux... Et au final, ils ont fini par.... euh..."

Il vous juge.

".... par dormir ensemble. Voilà. Par dormir ensemble. Enfant précoce va. Tsss tsss tsss...."


Il se lève, donne un coup de pied à un couteau qui traînait avant de s'asseoir à côté de vous, sur un accoudoir.

"Il se sentait revivre. Il aimait cette fille plus que tout, la vénérait, l'adulait, plus que le ridicule petit temple qu'il était obligé de surveiller. Il la complimentait, elle lui rendait la pareille mais vois-tu Camille, il fallait qu'il assume ses actes. Elle attendait un enfant de lui alors il la demanda en mariage. Un jeune marié, un tout jeune à vrai-dire. A vingt ans il était déjà l'époux d'une ravissante demoiselle. Tout le monde était contre cet union. On l'accusait de sorcellerie, de manipulatrice.... Ses sœurs moqueuses avaient tournés leur veste pour le "défendre" contre son amante. Mais il s'en fichait, il aimait cette femme plus que tout. Sa conjointe était celle pour qui il vivrait. Mais malheureusement les choses commencèrent à prendre un autre tournant lorsqu'il lui dit un jour qu'il ferait tout et n'importe quoi pour elle. Alors elle lui répondit ces simples mots.

Il se penche sur vous pour vous glisser à l'oreille ;

"Et même tuer?"


Il se lève précipitamment pour se balader dans la pièce, ses pieds pataugeant dans le sang pour laisser des empreintes de pas sur le tapis qui était jusque-là propre.

Que répondre bien sûr à quelqu'un qu'on adore? Le jeune homme essaya de la raisonner mais en vain : elle lui donna une claque avant de lui dire qu'il n'était rien, qu'il ne savait pas l'aimer. Alors déçu par ses propres paroles et n'ayant pas envie de décevoir également sa femme, il lui dit qu'il était en effet prêt à le faire si elle le lui demandait. Alors elle commandita le premier meurtre : celui de quelques membres de sa secte. Il ne voulait pas au début mais à force de recevoir quelques menaces dont celle de se voir quitté et de ne jamais pouvoir connaître son enfant, il accepta. Après tout, n'était-elle pas celle qui l'avait sorti de cette dépression? De cette mauvaise impasse, il ne pouvait pas la laisser être déçue. Il devait être un père et un mari exceptionnel, prouver qu'elle pourrait lui faire confiance. Alors il alla à son travail, comme à son habitude, fit la ronde avec ses camarades.... et quand ils eurent le dos tourné....

Il prit la broche à cheminée avant de casser la chaise sur laquelle il s'était assis toute à l'heure, le démontant. Vous tremblez de peur, le regardant s'acharner sur ce pauvre meuble. Vous pleurez, lui, rit aux éclats.

Il les tua, leur fracassant le crâne avec une violence telle qu'on n'en avait jamais vu au sein du Cercle de Minuit. Il s'enfuit vers sa femme, rongé de remords. Elle le félicita avec des caresses, de grands sourires et des bisous. Il était content, tout content qu'elle soit aussi heureuse que la première fois qu'ils s'étaient filé un rencard, que le jour de leur mariage. Mais malheureusement pour eux, ils devaient partir le plus loin possible avant qu'ils ne se fassent attraper par les autres mercenaires. S'il souhaitait se rendre pour que sa conjointe puisse s'enfuir au loin le temps qu'il ne fasse diversion elle le força toutefois à venir avec lui, craignant qu'il ne se fasse tuer à son tour. Qu'est-ce que c'est beau l'amour, n'est-ce pas Angel?

Il vous ébouriffe les cheveux avant de tapoter sur le dossier du fauteuil.

Les jours passent, les semaines, les années aussi. Le jeune homme vivait à présent une autre vie, traqué par le Cercle de Minuit. Sa vie des deux côtés était plutôt spéciale... Son ancienne secte l'attaquait de temps en temps mais il arrivait à défense sa famille et lui en tuant quiconque venait s'y frotter. Quant à sa femme... elle commençait petit à petit à se montrer agressive envers lui. Elle lui ordonnait de commettre de multiples larcins comme des vols ou -voire surtout- des meurtres. Il ne pouvait rien lui refuser. Elle savait le punir comme il le fallait pour montrer l'autorité qu'elle avait sur lui ; harcèlement moral, tabassages, viols... tout y passait en fonction de son humeur. Son mari ne pouvait rien lui refuser, ne rechignait pas.... et ne rechigne jamais. Car tu sais pourquoi ? Il l'aime et lui doit absolument tout! Le temps passant et plus il commençait également à apprécier ses crimes. Les meurtres rapides d'autrefois ont évolués comme de la violence inhumaine. Puis aussi, au bout d'un moment, à force de se recevoir des coups, la peau de ce pauvre jeune mari était immaculé d'ecchymoses. Un beau jour, sa conjointe lui imposa une couleur. Devine c'est laqueeeeeeelle ! ♫


Il se met devant vous pour tourner sur place, tel une mannequin qui présenterait la nouvelle création de son patron.

"Oui ,c'est le violet ♥ Ça me va non? Une très belle couleur! Un mélange du bleu de l'uniforme du Cercle de Minuit et du rouge sang. Ha comme elle sait bien bien choisir les couleur ma petite femme ♥ N'est-ce pas Anaël? Tu n'es pas d'accord avec moi?

Pensant à votre survie vous opinez de la tête. Il se met aussitôt à éclater de rire avant de se poser à côté de vous, vous mettant une tape bien forte au dos en passant, manquant de vous faire tomber du fauteuil.

Tu as bon goût toi. Je t'aime bien tu sais. Je me demande si je devrais t'emmener avec moi. Ma femme serait ravie de te rencontrer. Est-ce que tu aime les gâteaux? Ma conjointe en fait souvent ils sont délicieux. Allez, je suis sûr que tu vas aimer.


Il vous attrape et vous porte en sac à patates. Il est tellement grand que vous avez le vertige. Vous voyez sur le sol des litres de sang, vous fermez les yeux, priez les Cieux pour que l'on vienne vous sauver. Vous ne voulez pas partir avec cet étrange homme.

Allez allez, tu peux déjà m'appeler "papa" si tu veux.

Vous vous débattez, essayez de vous enfuir mais en vain. L'homme vous emmène avec lui....

Derrière votre écran

Hey hey hey !
Vous voulez que je parle de moi? Keukins va !
Mon nom? Vous ne le saurez jamais mwahahahahahahaha ! Parce que je suis un castor. Voilà.
Suis-je un homme, une femme? Tadadaaaaaaaa! Surprise !
Tout ce que je peux vous dire c'est que je suis âgé(e) de 22 ans, né(e) le 15 Janvier 1994 dans trou paumé à Bourg-Palette. Mon premier Pokémon a été Bulbizarre et... okay je pars dans le n'importe quoi. Smile
Je sais que vous aurez la flemme d'écrire "Haelwezhenn" et même "Hael". Vous ne connaissez pas la prononciation hein? Moi non plus. Je crois du moins. XD
Donc vous pourrez me surnommer Mike, Mikette, Mikey ou juste M comme le chanteur. XDDD
Non sinon y'a Abban Lenaic ou Judya. A vous de voir ce que vous préférez. Mais donnez-moi un surnom je serais tout(e) content(e) ♥
Ce que j'aime? TOUUUT ! J'adore dessiner, chanter, danser, écrire, lire, rp, rpcb, rp-espèce (parce qu'il n'y a pas que la CB, il y a aussi l'espèce et les chèques /SBAAF/), raconter des blagues stupides, me marrer, les mangas, la musique, les jeux vidéos et.... FNAF :B
J'ai connu le forum grâce à Vincent.
Je vous jure.
Il m'a choppé par les pieds.
Il m'a tiré jusqu'ici.
Je voulais m'enfuir mais il ne voulait pas °A°
Je criais "Nan, YAMETE KUDASAI!!!!" mais non, on ne me lâchait pas!
Et Mortis qui d'un coup m'a attrapé et m'a menacé du genre "Tu continue, tu seras mon olive et moi ton anchois".
Je n'ai pas pu dire non. °v°




Dernière édition par Haelwezhenn Bellovesus le Lun 15 Aoû - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Niveau : D
Messages : 13

Alignement: Anarchiste Neutre Mauvais


Anarchiste Neutre Mauvais
Haelwezhenn Bellovesus
MessageSujet: Re: "Ne me frappez pas, je suis déjà un œuf battu." - Haelwezhenn Bellovesus - Terminée - En attente de validation de pouvoir - Attention ça peut être un peu glauque.   Lun 15 Aoû - 16:33

Je tenais à vous prévenir que ma fiche est terminée.
Je vous souhaite une agréable lecture.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Niveau : D
Messages : 110

Alignement: Anarchiste Chaotique Neutre


Anarchiste Chaotique Neutre
Daraen Vanaheim
MessageSujet: Re: "Ne me frappez pas, je suis déjà un œuf battu." - Haelwezhenn Bellovesus - Terminée - En attente de validation de pouvoir - Attention ça peut être un peu glauque.   Mer 17 Aoû - 16:48

#TeamViolet ! Validé pour la peine \o/





Eh coucou toi ! Alors comme ça on a déjà son propre émot' ? C'est pas bien, je suis sûr que tu as triché pour l'avoir ! Bon ça va, comme l'est cool j'dirais rien (quoi ? comment ça j'étais là quand le crime s'est produit ? mais arrêtez D: ). Léchouille !

Bon alors, que dire si ce n'est que j'ai adoré lire ta présentation ? Vraiment, c'était super intéressant. Le personnage est vraiment bien construit et imaginé, et la qualité est présente ! Ah et aussi, tu as su m'apprendre qu'une victime, c'est comme une pizza. Grâce à toi, je sais ce que je suis réellement, je vais enfin pouvoir vivre ma vie de pizza en paix... ou presque en paix. Je vais devoir fuir les divers affamés que je vais rencontrer... mais ça va le faire ! 8D

Sinon, au niveau de ton histoire, bravo. C'est bien écrit, et le style d'écriture que tu as adopté est vraiment accrocheur. Le choix de la seconde personne (le "vous") pour la pauvre victime qui n'a rien demandé est bien placé. C'est assez immersif, et on peut s'imaginer ce que ressentirait une personne qui se retrouverait face à un énergumène tel que ton personnage. Moi perso dans cette situation, je serais pas rassuré. /PAF/ Mais tout ça pour dire que j'ai adoré ta présentation, et que j'ai hâte de voir ton personnage évoluer sur Ashnora.

Pour ce qui est de ton métier je prends note, mais je ne l'afficherais pas sur ton profil vu que ce n'est pas réellement un métier... officiel ! o/ Mais c'est noté !

Alignement : Neutre Mauvais
- Éthique : +20 = Neutre
- Morale : -75 = Mauvais

Gils obtenus : 1000 + 500 (et un cookie en prime !) = 1500 Gils.

Tu n'es peut-être pas que mauvais, comme tu le dis si bien, mais... avouons tout de même qu'il y a quand même une tendance qui te pousse vers le mauvais. o/ Des meurtres, des crimes, même s'ils sont fait par amour envers ta femme, je te vois tout de même plus dans le Neutre Mauvais. Mais pas de panique ! Ton alignement s'adaptera au fur et à mesure de tes RPs, en fonction de toutes les actions que tu entreprendras. Ainsi, ton personnage pourra faire changer son alignement. Qui sait, peut-être qu'un jour il sera Loyal Bon ? (mdr lol nope jpanse po... quoique /PAF/). Dans tous les cas, te voilà validé avec 1500 Gils en poche, ainsi que l'alignement Neutre Mauvais ! Ta couleur, ton bandeau, ainsi que ta Fiche Technique arriveront très prochainement !

Bon RP sur TWK !

Killua! <3





Daraen : #3E51B8
Yukine : #D02525
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alignement:


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "Ne me frappez pas, je suis déjà un œuf battu." - Haelwezhenn Bellovesus - Terminée - En attente de validation de pouvoir - Attention ça peut être un peu glauque.   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Ne me frappez pas, je suis déjà un œuf battu." - Haelwezhenn Bellovesus - Terminée - En attente de validation de pouvoir - Attention ça peut être un peu glauque.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [hf] bataille des canonnières - je suis sur un bateau
» Draft M11: Je suis mauvais mais j'me soigne...
» Je suis nouveau ou non, que dois-je faire pour mes droits?
» Je suis pour ou contre [Episcus-nia] =(
» Tanjou fansub, la team dont je suis l'un des traducteur vosta/vostfr

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy : The Warring Kingdoms :: Pré-RPG :: Présentations des Personnages :: Présentations Validées-