AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Injustice touche de pauvres âmes. [PV Astanya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Niveau : D
Messages : 13

Alignement: Anarchiste Neutre Mauvais


Anarchiste Neutre Mauvais
Haelwezhenn Bellovesus
MessageSujet: L'Injustice touche de pauvres âmes. [PV Astanya]   Dim 21 Aoû - 22:57


"A qui coucou toi!"


« Surtout faites bien attention aux gens là-bas » lui avait-on dit. « Il y a une mafia qui s’est mise en place, y aller c’est à vos risques et périls. » Non. Nooon. Ce n’était pas lui qui devait avoir peur des autres mais bien l’inverse. Franchement, il était prêt à se faire agresser. Il était prêt à se faire voler. Mais à la fin, qui aura le plus mal dans cette histoire ? Lui ou l’importun ? Sans doute le second. Jamais il ne se ferait avoir contrairement à un simple voyageur. Le Cercle de Minuit formait après tout de très bons combattants et il était parmi les élites malgré le fait qu'il n'avait pas confiance en lui. A dix-neuf ans, il attirait déjà le regard aguicheurs de quelques demoiselles en recherche d'amour, la sympathie de quelques formateurs qui souhaitaient un bon élément dans leur troupe, mais il avait l'impression de n'être rien. Il se sentait mal à la peau malgré le fait qu'il essayait de le cacher d'une manière ou d'une autre. On lui avait demandé de chercher une relique sacrée volée à un temple et le jeune homme avait réussi à la prendre. Il s'était fait passé pour un mafieux, laissant blanchir sa peau, blondir ses cheveux mi-longs et bleuir ses yeux. Comme à chaque mission, il était quelqu'un d'autre. Haelwezhenn n'était plus son nom pour cette fois mais plutôt Aïos. Tout vêtu de bleu nuit comme le reste des membres de la secte, il cherchait à trouver une sortie. Il devait partir de là d’ici la fin de la journée ou au plus tard le lendemain matin. Il ne savait pas s'il était assez doué ou non mais il craignait toutefois que les autres viennent chercher de nouveau vers lui ce qu'il avait réussi à dérober ; une simple petite coupe qu'il gardait dans le revers de son manteau. Il avait envie de changer les pigments de son corps afin de mieux se camoufler dans les rues mais malheureusement toutes les rues étaient inondées de monde qui lui jetaient des regards, charmeurs pour certains, mauvais pour d'autres. Il était vrai qu'un homme de presque deux mètres ne pouvait pas passer inaperçu et s'il changeait subitement de couleur devant les gens, il se ferait rôder plus facilement.

Mais alors qu’il entrait dans une ruelle il aperçut une jeune fille ou plutôt une petite fille. Celle-ci mendiait tandis que les passants l’ignoraient ou traçaient leur chemin en lui adressant un regard mauvais. Pauvre enfant, il ne pouvait pas la laisser ici, elle ne devait même pas avoir quatre ans. Certes il avait du sang sur les mains mais il ne demeurait pas cependant insensible aux malheurs des autres. Il s’arrêta et s’assied devant elle tout en lui donnant une somme qui n’était certes pas très importante mais qui lui permettrait cependant de vivre pendant trois-quatre jours.

« Voyons mon enfant, dit-il avec un sourire timide.Pourquoi rester ici ? As-tu des parents ? »

Il jeta un bref coup d’œil dans les alentours : elle était seule et donc une potentielle victime pour les premières ordures qui viendraient lui chercher les noises. Elle pouvait se faire racketter à tout moment.

« Tu ne devrais pas rester dans ce taudis, tu risquerais d’attraper des maladies, mourir ou être utilisé comme… Non c’était une enfant. Comme esclave à des tordus. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Niveau : D
Messages : 26

Alignement: Impérial Chaotique Neutre


Impérial Chaotique Neutre
Astanya
MessageSujet: Re: L'Injustice touche de pauvres âmes. [PV Astanya]   Lun 22 Aoû - 21:59


    Celà faisait déjà deux semaines que la petite fille était arrivée à Byrtenwalda. Elle ne savait pas trop où elle était, elle ne connaissait que très peu de choses. Et pour cause, sa mémoire n'avait, elle, qu'un mois. Elle ne savait pas quoi faire après sa fuite de Niria, elle avait prit le premier bâteau en partance du port, n'avait même pas regardé où il allait. Elle l'avait cependant appris au cours de son voyage clandestin, pendant lequel elle n'avait réussi qu'à voler un quignon de pain, craignant plus que tout de se faire découvrir, pensant qu'elle serait jetée par dessus bord.

   Elle était donc arrivée sur ce port malfamé quelques jours plus tôt, où elle traînait pour trouver de quoi se nourrir, ne pouvant trouver d'emploi avec son apparence de fillette de quatre ans. Quelques personnes bizarres venaient parfois lui parler, elle filait alors dans un endroit peuplé pour semer ses poursuivants. La jeunette passait donc la plupart de son temps assise à mendier dans des rues plus ou moins larges, récoltant à peine quelques piécettes pour acheter de quoi survivre. Elle rêvait de gagner assez d'argent pour avoir un repas complet, d'entrer dans un restaurant ou encore d'avoir un toit autre que les morceaux de carton qu'elle trouvait par terre.

   La petite Astride ne connaissait pas son prénom, et elle n'avait pas eu le temps de s'en trouver un. Elle n'avait personne à qui le donner de toutes façons. À quoi bon s'en chercher un dans cette situation... Elle avait réussi à s'acheter un fruit avec un morceau de pain hier, elle s'estimait chanceuse. Les jours précédents n'avaient pas été si profiliques. Peut-être était-ce grâce aux nombreux bâteaux accostés ici ces derniers jours. Elle avait effectivement pu remarquer que cet endroit était une plaque tournante du commerce du monde dans lequel elle se trouvait. Elle ne connaissait cependant toujours pas le nom de celui-ci.

   Après une ballade d'une demi-heure, elle était retourné à l'endroit où elle avait mendié les jours précédents, le bout d'une ruelle assez sombre, proche d'une des rues principales. Elle pouvait ainsi disparaître dans l'ombre rapidement si elle voyait un danger, comme des officiers de l'ordre public, ou se glisser dans la foule si le danger était habitué à la pénombre des ruelles sordides de cette ville. Les passants la voyaient ainsi, dans ses habits commençant à se déchirer après dix-huit jours de fuite, s'appitoyaient sur son sort et lui donnaient une petite pièce.

   Aucun ne cherchait cependant à l'aider réellement. Ils se déculpabilisaient en lui offrant une pièce, un tiers de casse-croûte à moitié moisi ou juste trop immonde pour être mangé normalement. Celà convenait cependant à la petite, lui permettait ainsi de survivre et d'espérer. D'espérer une vie plus calme, plus aisée pour le futur, moins tourmentée. La fillette de 8 ans se rassit alors, elle avait fait le tour du port, continuant de quémander quelque chose, mais aujourd'hui tous semblaient l'ignorer. Elle n'avait pourtant que quatre ans d'apparence, mais ça ne suffisait pas pour faire perdre du temps précieux aux marchands qui hâtaient le pas lorsqu'ils la croisaient.

   Dans sa ruelle, la jeune fille attendit donc, à nouveau assise sur le sol de terre battue qui était celui du coupe-gorge, tendant la main en suppliant les passants d'un air abattu, blasé, pour avoir une piécette qui lui permettrait de ne pas se coucher aujourd'hui encore le ventre vide. Si rien ne venait, elle irait chercher quelque chose par elle-même, directement des étals des marchands. Elle ne pourrait pas attendre indéfiniment, et voler lui paraissait être l'une des meilleures solutions, si aucun miracle n'arrivait. Elle baissat la tête, soupirant, et passa sa petite dans ses cheveux, jouant avec la mèche qui retombait sur la gauche de son visage, enroulant son petit doigt autour du fuseau. Elle le regardait, tendant l'autre main, attendant que quelque chose se passe.
    « Voyons mon enfant, pourquoi rester ici ? As-tu des parents ? »

   Astride releva les yeux vers la personne qui venait de parler. Un homme, de très grande taille. Il était tout bleu de par son uniforme, ou son costume, elle n'aurait sû dire quel genre de vêtement c'était. Elle le détailla du regard, cherchant une raison pour laquelle l'homme en question pourrait vouloir lui parler. Perdue dans ses pensées, elle ne lui répondit pas immédiatement.

    « Tu ne devrais pas rester dans ce taudis, tu risquerais d’attraper des maladies, mourir ou être utilisé comme… Comme esclave à des tordus. »

   Cette fois la petite réagit, elle se redressa d'un bond, fixant l'homme du regard. Il était bizarre, mais en même temps il semblait la mettre en garde. Elle était assez grande pour comprendre que sa situation n'était pas du tout enviable, mais elle ne voyait pas pourquoi il souhaiterai l'aider. Jusque là personne ne l'avait vraiment souhaité, il ne ferait surement pas exception.

    « T'es qui ? »

  La petite demoiselle fronçait les sourcils, faisant un peu la moue. Ses yeux violets brillaient de méfiance.

    « Pourquoi tu veux savoir tout ça ? C'est quoi des esclavadétordu ? Et j'suis pas malade d'abord. »

   Elle regarda le jeune homme de haut en bas à nouveau, il devait avoir une dizaine d'années de plus qu'elle, et il ne lui inspirait aucune confiance, mais en même temps, il avait l'air d'essayer d'être gentil. Elle ne savait déterminer si c'était pour la piéger ou s'il souhaitait vraiment l'aider, ou encore s'il avait du temps à perdre et qu'il avait trouvé en elle une occupation amusante.

    « T'es qui alors ? Et tu fais quoi ici ? C'est dangereux. »



Code by Joy
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Niveau : D
Messages : 13

Alignement: Anarchiste Neutre Mauvais


Anarchiste Neutre Mauvais
Haelwezhenn Bellovesus
MessageSujet: Re: L'Injustice touche de pauvres âmes. [PV Astanya]   Mar 30 Aoû - 22:37


"N'aie crainte ma petite..."


La fillette se mit aussitôt à bondir sur ses jambes, surprenant notre jeune homme. Celui-ci manqua de perdre le contrôle de ses pouvoirs qu’il sentait s’affaiblir petit à petit, mais retint de justesse de reprendre ses pigmentations d’origines. Non, il ne fallait pas que la petite demoiselle ne découvre qu’il était lui-même un cachotier, une personne peut être pire que ces malfrats qui habitaient la ville. En tout cas, la gamine semblait avoir de l’énergie à revendre puisqu’aussitôt elle se mit à le bombarder de questions, attirant le regard de quelques passants qui devaient sans doute se demander quels étaient ces deux étranges individus. Souriant nerveusement, Haelwezhenn fit signe avec ses mains de se calmer. Il ne voulait pas que l’ennemi le retrouve et encore moins que la fillette soit impliquée dans ses histoires. Il était encore jeune et donc incompétent avec les prises d’otage s’il venait à en avoir.

« Voyons… Ce n’est point la peine de paniquer… Je ne te veux pas de mal. Je suis Hael. Et toi ? C’est quoi ton petit nom ? »

Les enfants n’étaient pas des abrutis mais il n’était pas sûr qu’elle puisse répéter Haelwezhenn complètement. Fut-ce en tout cas une bonne ou une mauvaise idée de donner le début de son patronyme ? Lui demander de se taire, de ne jamais dévoiler sa première réponse, paraîtrait encore plus suspect qu’autre chose. En tout cas, il fallait prier les dieux pour que la demoiselle ne le dévoile à personne. Remarque, sans doute ira-t-on chercher un grand gaillard blond aux yeux bleus.

« Ne t’inquiète pas, si je te pose ces questions c’est pour t’aider… C’est vrai que je ne suis qu’un parfait inconnu mais je te promets, je te le jure, jamais, au grand jamais je ne te ferais quoique ce soit… Si tu as des parents, c’est juste qu’il faut que tu restes auprès d’eux. Ce serait moins dangereux pour toi. »

Bon, maintenant est-ce qu’il devait lui expliquer ce qu’étaient des « esclaves à des tordus » ? Elle était toute petite, toute jeune. Il ne pouvait quand même pas ruiner son enfance ? Lui raconter que des pédophiles courraient les rues à tout instant ou que même des gens peu scrupuleux pouvaient l’arracher à sa petite vie, attendre qu’elle ne grandisse pour ensuite la vendre en esclavage à certaines exploitations, à de sadiques propriétaires ou même à un bordel n’était pas une bonne idée, quoiqu’elle comprendrait mieux qu’il fallait faire attention à tous ceux qui venaient la voir. Lui y compris car même s’il ne lui voulait aucun mal le Cercle de Minuit pouvait très bien l’éradiquer s’il le souhaitait afin de supprimer toute preuve de présence de l’un de ses membres à Brytenwalda. Il ne devrait sans doute pas parler de la fillette à la secte. Calmement, il expliqua :

« Être esclave de quelqu’un c’est très mal. On se fait tout le temps frapper, tabasser. On souffre énormément. On ne sourit jamais, on ne rigole jamais, on n’a plus le goût de vivre. Et il y a des gens détraqués qui n’hésitent pas à torturer, à arracher un bras pour un oui ou pour un non. Il ne faut jamais, ô grand jamais devenir l’objet de quelqu’un. »

Il posa ses deux larges mains sur les épaules de la jeune fille, la regardant avec une inquiétude presque paternelle. Certes il n’était pas son père et encore moins son grand-frère mais il ne pouvait pas s’imaginer la laisser avoir une vie aussi misérable.

« Promets-moi de ne jamais être l’esclave de quelqu’un, s’il-te-plait. Fais attention aux gens, à tout le monde, afin de pouvoir vivre libre. »

Il lui caressa une épaule, inquiet pour elle. Comment pouvait-on laisser une si jeune enfant dans les rues ? Il avait beau avoir eu la chance de vivre dans la rue, de ne pas avoir connu en soi la misère, juste peut-être quelques persécutions, mais il pouvait comprendre la douleur des autres. Sans doute était-il très empathique.

« Et puis, ne t’inquiète pas… Je sais qu’ici c’est dangereux… Mais j’ai l’habitude de voyager dans des endroits comme celui-ci… mais ça m’inquiète de te savoir ici. N’as-tu personne avec toi ? Qui vit dans les rues en ta compagnie ? »

Il tenait quand même à sa réponse.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Niveau : D
Messages : 26

Alignement: Impérial Chaotique Neutre


Impérial Chaotique Neutre
Astanya
MessageSujet: Re: L'Injustice touche de pauvres âmes. [PV Astanya]   Mer 31 Aoû - 19:52


    « Voyons… Ce n’est point la peine de paniquer… Je ne te veux pas de mal. Je suis Hael. Et toi ? C’est quoi ton petit nom ? »

    La jeune fille détaillait l'homme étrange d'un oeil méfiant. Elle n'arrivait pas à avoir confiance. Elle avait eu le temps de voir pas mal de gens bizarres à l'oeuvre depuis que sa mémoire remarchait, mais très peu de bonnes personnes. Celui-ci semblait pourtant un peu différent. Il tentait de la rassurer mais il avait aussi l'air gêné, comme s'il faisait quelque chose qu'il ne devrait pas, ou qui l'intimidait. Il ne semblait au final pas très dangereux, mais répétait un peu trop souvent au goût de la fillette qu'elle ne devait pas s'inquiéter. Celà la rendait cependant plus méfiante à son égard.

   Elle voyait bien qu'il semblait vouloir répondre à ses questions, mais ses réponses n'étaient pas des plus rassurantes même s'il la conseillait pour qu'elle ne risque rien d'après lui, ou en tous cas qu'elle soit moins en danger. Qu'est-ce que cela pouvait lui faire après tout ? C'était sa vie à elle, pas celle de ce grand blond à la peau blanche et aux habits bleus. Elle le jaugea une fois de plus, hésitante. Pourquoi voudrait-il aider une fillette de quatre ans, sale, avec des habits troués et tâchés de saleté et même un peu de sang, alors qu'elle ne lui rapporterait rien ? À force de vagabonder dans les coupes-gorge de la ville, elle avait eu le temps de voir que tous les hommes y agissaient par intérêt. Et par homme elle entendait les humains. Les femmes n'hésitaient pas à donner leur corps dans les ruelles les plus sales pour soutirer des informations aux rares gardes de la cité portuaire.

   La petite finit par se décider. Après tout, elle n'avait pas grand chose à perdre vu son état, il pourrait peut être lui donner une pièce si elle arrivait à lui faire assez pitié, et elle pourrait manger quelque chose aujourd'hui. Peut-être même un morceau de poulet si elle avait de la chance. Elle trouverait bien un moyen de lui faire cracher quelques sous, et même s'il avait l'air dangereux, il n'avait rien à gagner à la tuer non plus, donc elle pouvait bien s'y risquer après tout.

    « Hael c'est ça ? C'est bizarre comme nom. Moi c'est Ast...»

   L'enfant marqua une pause. Elle remarqua qu'elle ne savait même pas son prénom. Elle chercha rapidement une idée à dire à l'homme, qu'il ait sa réponse et qu'il lui donne sa pièce au plus vite.

    « Astanya... »

   Elle souffla intérieurement. Elle avait trouvé quelque chose qui pouvait paraître crédible, elle espérait, et qu'il ne chercherait pas plus loin.

    « Promets-moi de ne jamais être l’esclave de quelqu’un, s’il-te-plait. Fais attention aux gens, à tout le monde, afin de pouvoir vivre libre. »

   La gamine fronça à nouveau les sourcils à ces mots, et fit un pas en arrière lorsqu'il lui touchat l'épaule, se retrouvant dos au mur. Depuis quand les hommes normaux carressaient les gamines dans des ruelles pareilles, elle était soudain effrayée, les paroles et les gestes du garçon qui lui faisait face semblant contradictoires. Elle tenta alors d'échapper à son emprise en effaçant discrètement son épaule pour ne pas qu'il réagisse et l'attrape d'un coup avant qu'elle ne puisse s'enfuir.

    « Et puis, ne t’inquiète pas… Je sais qu’ici c’est dangereux… Mais j’ai l’habitude de voyager dans des endroits comme celui-ci… mais ça m’inquiète de te savoir ici. N’as-tu personne avec toi ? Qui vit dans les rues en ta compagnie ? »

   Ces paroles la calmèrent sur le moment, puis elle se demanda comment il allait réagir si elle lui disait qu'elle était seule, et que ce serait pour toujours. Elle jeta un oeil autour d'elle et vit quelques passants qui ralentissaient légèrement en leur jetant un regard appuyer avant de se remettre à parler de pommes et de nuages. Si elle hurlait, s'il tentait quoi que ce soit, elle pourrait avoir de l'aide assez rapidement, il n'oserait pas s'en prendre à elle si près de la foule. Une fois de plus, elle était très contente de son choix de positionnement.

    « Non j'ai personne. Ils sont morts. »

   Avec une réponse si directe, il allait s'appitoyer sur son sort et lui donner quelques pièces avant de passer son chemin. Du moins l'espérait-elle. Ou qu'en tous cas, il la laisserait tranquille, qu'elle puisse tenter d'obtenir un peu de monnaie avant que la nuit tombe.

    « Tu fais quoi ici ? T'as dis que t'étais allé dans beaucoup de lieux dangereux, pourquoi ? »

  L'homme pâle avait l'air de bien s'y connaître en esclaves et avait un avis qui semblait très tranché sur la question. Peut-être était-il esclave, ou un policier. Peut-être qu'il allait l'envoyer dans un orphelinat après tout... Elle devait se tenir sur ses gardes, prête à le fuir et à disparaître dans la foule. D'un autre côté, il semblait très attaché à la liberté, et les orphelinats c'était comme des prisons aux yeux de la jeune Astanya et de ce qu'elle avait vu, des enfants se débattant, criant qu'ils ne voulaient pas y aller, tentant de résister à un gros bourru qui leur disait de se calmer. C'était toujours le même d'ailleurs. Si ça se trouve il voulait en faire des esclavadétordu. Ce qui était sûr c'est qu'elle ne laisserait pas celà lui arriver. Elle aussi était attachée à sa liberté, et elle comptait bien grandir loin d'ici, elle partirait bientôt, mais pas encore. Il lui fallait plus d'informations pour bien choisir sa destination future.

    « Si t'es allé dans beaucoup de lieux dangereux, t'as sûrement été dans beaucoup de lieux bien aussi. On peut aller où d'ici, qui est mieux que ce port remplis de cochons ? »


Listen !:
 

Code by Joy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alignement:


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'Injustice touche de pauvres âmes. [PV Astanya]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'Injustice touche de pauvres âmes. [PV Astanya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» tout se que je touche casse c'est normal docteur
» Enlever l'action de la touche CTRL
» Touche de raccourci
» touche d'impact et piétinement furieux
» De l'injustice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy : The Warring Kingdoms :: Yllissia :: Brytenwalda-